Le TDA/H : fiche récapitulative

Fiche récapitulative

 

Nous avons tous parfois de la difficulté à nous concentrer, à demeurer immobile ou à contrôler nos impulsions. Cependant, les personnes atteintes de Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité – TDA/H sont quotidiennement confrontées à de telles difficultés.

 

Le TDA/H peut miner l’estime de soi ainsi que la capacité de fonctionner en milieu familial, social, professionnel et scolaire. On peut cependant se réjouir du fait que grâce à de meilleurs traitements et à des efforts au niveau de l’éducation, de plus en plus de personnes parviennent à atténuer leurs symptômes de TDA/H.

 

C’est quoi?

 

Le TDA/H est un trouble neurologique. Les personnes qui en sont atteintes éprouvent de la difficulté à contrôler leur comportement et/ou à maintenir leur concentration. Généralement diagnostiqué à l’étape de l’enfance, ce trouble continue très souvent à se manifester à l’âge adulte.

 

Les symptômes

 

Les principaux symptômes du TDA/H tiennent aux difficultés de concentration, à l’hyperactivité (activité excessive) et à l’impulsivité (agir avant de réfléchir aux conséquences). Le comportement en question doit présenter un caractère excessif, se manifester avant l’âge de 6 ans et perturber considérablement au moins deux aspects de la vie de la personne touchée (la vie à la maison et à l’école, par exemple).

 

Les trois principales catégories sont les suivantes :

Inattention : difficulté à se concentrer ou à demeurer concentré sur une tâche ou une activité.

Hyperactif-impulsif : activité et impulsivité excessives.

Combiné : combinaison des problèmes de concentration et d’activité/impulsivité excessives.

 

Qui en est atteint?

 

De 3 % à 5 % des enfants présentent un TDAH.

Le TDAH touche les personnes de tous les âges (y compris les adultes).

 

Les causes

 

Le TDAH n’est la « faute » de personne. La recherche montre que le TDAH semble résulter d’une insuffisance de substances chimiques cérébrales spécifiques (appelées neurotransmetteurs) qui aident le cerveau à organiser et à régir la pensée et le comportement.

 

Comme de 30 % à 40 % des personnes auxquelles on a diagnostiqué un TDAH ont des membres de leur famille qui souffrent du même trouble, on pense que les gènes sont au moins partiellement impliqués dans le processus. Bien que les parents, les enseignants, les conjoints, etc. ne soient pas la cause du TDAH, ils peuvent avoir une très forte incidence sur la capacité de la personne touchée de faire face à son trouble.

 

Prévenir et soigner

 

Comme il n’existe aucun test définitif pour le TDAH, les professionnels des soins de santé évaluent les symptômes, recueillent de l’information auprès des parents, des enseignants, des conjoints et autres proches et examinent les antécédents familiaux pour rendre un diagnostic. Le traitement s’articule autour d’une psychothérapie spécialisée de type counselling, ou de la prise de médicaments ou d’une combinaison de ces deux approches. D’ordinaire, l’approche combinée s’avère la plus efficace.

 

Pour plus d’informations : www.tdah.be

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s