le syndrome des jambes sans repos

le syndrome des jambes sans repos

Des jambes qui fourmillent la nuit

Des jambes qui fourmillent, qui picotent, qui tiraillent, et qui empêchent de dormir. C’est le lot de 200.000 personnes en Belgique qui souffrent de problèmes de sommeil et qui sont parfois considérées comme des malades imaginaires…

Le syndrome des jambes sans repos ou « restless legs syndrom » est une maladie extrêmement méconnue, tant du grand public que du corps médical lui-même. Il ne s’agit pourtant pas d’une maladie qualifiée d’orpheline, puisqu’elle touche 8.5% de la population soit plus de 200 000 personnes . Très longtemps, elle a été considérée comme une maladie psychologique, elle est aujourd’hui trop souvent mal diagnostiquée ou confondue avec d’autres maux .

Quels sont les signes de cette maladie ?

Pour diagnostiquer un syndrome des jambes sans repos, les médecins cherchent 4 critères :

– une sensation désagréable au niveau des jambes qui oblige à les bouger : fourmillements, tiraillements, picotements, décharges,…

– apparition de ces impressions uniquement au repos ( principalement en position couchée)

– survenue de ces impressions le soir, souvent après le repas.

– amélioration de ces sensations avec le mouvement ( principalement la marche)

Maladie vraie ou fausse ?

Il s’agit d’une vraie maladie neurologique, due à un déficit en dopamine cérébrale .

Une prise de sang permettra d’exclure une série d’autres causes de ces symptômes mais c’est la présence de ces 4 signes qui permettra aux médecins d’établir le diagnostic de cette maladie.

Les causes profondes de ce syndrome commencent à être mieux connues ; dans 50 à 60% des cas, on trouve une origine génétique, avec des antécédents familiaux clairs. On peut également incriminer une carence en fer ou encore la prise de certains médicaments.

Quelles conséquences ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il s’agit d’une maladie particulièrement invalidante. Elle provoque des insomnies à répétition car les sensations ressenties obligent le patient à bouger, à ne pas rester immobile , elles le réveillent. Bref, c’est l’enfer des insomnies pour une raison difficilement exprimable . Et commence le cercle vicieux des nuits blanches avec ses retombées professionnelles et émotionnelles.

Des traitements existent

Ils varient en fonction de la gravité des plaintes, mais il existe une série de mesures de style de vie et de molécules très efficaces sur ces symptômes. Le problème réside plus aujourd’hui dans la reconnaissance de cette maladie que dans sa prise en charge.

D Léotard

source : http://www.preventionsante.be/fr/newsletter_content.asp?id=161&item=2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s