Thérapie familiale

La thérapie familiale: Ce modèle de psychothérapie réunit les parents et l’ensemble des enfants, c’est-à-dire deux générations. Son but est de dénouer des différents problèmes posés par les uns et les autres et de redonner à la famille ses capacités de fonctionnement

Qu’est-ce que c’est ? La thérapie familiale systémique s’est développée aux U.S.A. dans les années 50. Elle s’est inspirée des données de la biologie, de la psychologie, de l’éthologie, de l’anthropologie, de la sociologie, de la cybernétique… À partir de ces sciences et de la pratique des cliniciens, l’idée est née de concevoir la famille comme un système dans lequel interagissent les éléments (les membres de la famille) et à partir duquel d’autres systèmes sont en résonance (école, travail, …).

La souffrance d’une personne résulte des difficultés des autres et retentit sur le groupe familial. À partir de l’école de Palo Alto (Mental Research Institute) et des cliniciens de New York, ce modèle s’est développé en Europe, enrichi par le mouvement antipsychiatrique. Il s’est développé en Italie, en France et constitue aujourd’hui un modèle de traitement reconnu par tous et complémentaire des autres approches.

Déroulement d’une séance

  • Les séances réunissent la famille (les parents et les enfants vivant sous le même toit) et le ou les thérapeutes : il est fréquent que l’entretien soit mené par deux thérapeutes. Ce qui permet de mieux comprendre les interactions. Ce modèle de travail peut se complexifier : dans certains centres, l’entretien se déroule dans une pièce avec un thérapeute, tandis qu’un deuxième collègue supervise la séance à travers une glace sans tain et les séances sont enregistrées avec une caméra vidéo.
  • Ce dispositif, connu et accepté des familles a pour but de mieux comprendre ce qui se passe dans une séance : le thérapeute en salle est mobilisé par la famille, celui qui est derrière la glace sans tain est en retrait et moins pris par les interactions. L’enregistrement permet à distance de mieux discerner les modes de communication, les réactions des uns et des autres, et de préparer les séances suivantes.
    Ce dispositif complexe n’est pas utilisé systématiquement et souvent un thérapeute reçoit seul la famille.

Indications et contre-indications

Tout problème retentissant sur la famille peut faire l’objet d’une consultation familiale.
Les problèmes relevant de troubles intra-psychiques, comme les dépressions, les obsessions, les phobies sont avant tout des indications de thérapies individuelles, mais leur impact est important et souvent la thérapie familiale peut aider l’entourage à comprendre le patient.
Toutefois, les meilleures indications concernent les difficultés de l’adolescence : conduites addictives, tentatives de suicides, troubles des conduites alimentaires, troubles du comportement… L’adolescent exprime des souffrances en relation étroite avec ses frères et sœurs, ses parents. Les crises de l’adolescence résonnent avec le processus d’autonomisation et d’individuation.

Il n’y a pas à proprement parler de contre-indication : il faut être prudent en décidant de « réunir » une famille, et tenir compte des sensibilités des uns et des autres ; les divorces des parents et les remariages conduisent à réfléchir à la présence souhaitée des uns et des autres.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s