Formation de base à la communication efficace

affiche cours

Publicités

Le TDAH plus grave quand l’Apgar était bas ?

Parmi les facteurs de risque susceptibles d’être associés à des troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité (TDAH), le rôle des événements indésirables survenant lors de la grossesse ou de l’accouchement a été envisagé dans certaines études, ce contexte initial de prédisposition étant résumé par le célèbre score d’Apgar qui constitue une synthèse (sommaire mais objective) du niveau de la souffrance néonatale et de la qualité de l’adaptation immédiate à la vie extra-utérine.

Réalisée au Québec (Canada), une nouvelle étude approfondit ce sujet, en recherchant, quand des enfants ont déjà reçu un diagnostic de TDAH, une association éventuelle entre le niveau de leur score d’Apgar (≤ 10) et la gravité des symptômes du TDAH. L’importance de cette symptomatologie a ainsi été comparée dans deux groupes d’enfants avec TDAH (encore non traités pour ces troubles) : ceux (52 enfants) avec un « faible score d’Apgar » (≤ 6) et ceux (400 enfants) avec un score d’Apgar « élevé » (≥ 7) voire maximal (= 10).

Les auteurs constatent que les enfants affectés d’un faible score d’Apgar (une minute après leur naissance) ont dans l’ensemble, comparativement à ceux ayant un meilleur score, des symptômes plus graves aux bilans effectués au moyen de l’échelle d’évaluation Child Behaviour Checklist [1], de l’Index Global de Conners pour les Parents[2], et des critères d’hyperactivité retenus par le DSM-IV.

Cette association entre un faible score d’Apgar et la gravité probable des symptômes ultérieurs de TDAH constitue un bon argument supplémentaire, concluent les auteurs, pour souligner « l’importance des soins obstétriques et périnataux appropriés. » 

[1] http://www.aseba.org/forms/schoolagecbcl.pdf

[2] http://www.hyperactif.net/images/Questionnaire_de_Conners.pdf

Dr Alain Cohen

Référence

Grizenko N et coll.: Apgar scores are associated with Attention-Deficit-Hyperactivity Disorder symptom severity. Can J Psychiatry, 2016 ; publication avancée en ligne le 23 février. doi: 10.1177/0706743716635544

source : http://www.jim.fr/medecin/actualites/medicale/e-docs/le_tdah_plus_grave_quand_lapgar_etait_bas__158273/document_actu_med.phtml