Témoignage : une lueur dans la nuit

profiltdah-4

Une lueur dans la nuit…

A vous tous, je vous adresse un message d’espoir ou de réconfort, vous qui êtes TDA/H, vous qui ne voulez souvent pas le reconnaître et qui avez des enfants TDA/H, vous devez savoir que ce syndrome s’il en est un, peut devenir un formidable stimulateur de la vie.

Je me permet de vous adresser à tous mon témoignage personnel.

Je suis un adulte TDA/H … Un point c’est tout, c’est comme ça et pas autrement depuis que je suis né…..

Je suis marié et nous avons trois enfants TDA/H……. Nous faisons partie d’une association de parents TDA/H, j’ai participé à une émission de télévision et je prends le temps de témoigner pour aider les autres à trouver une LUEUR DANS LA NUIT , auprès de nombreux parents, enfants et adultes qui ne sortent et ne voient plus le bout du tunnel…

Il faut témoigner, il faut prendre le temps de parler et de dire que nous ne sommes pas seuls et perdu dans ce monde où tout va à 200 Km/h.

Plus nous serons de parents, d’adultes, d’enfants rassemblés plus nous arriverons à faire avancer nos demandes…

Voici donc mon témoignage….

Je suis né prématuré à 6 mois et ½, avec un pied bot, la couveuse et l’hôpital comme maison pour mes premiers mois de vie. J’ai donc très vite déjà quitté maman et papa, ainsi que toute la famille pour des raisons bien évidentes de santé. La vie venait de commencer pour moi prématurément.

Après de nombreux mois d’hospitalisation et de nombreuses opérations chirurgicales pour tourner mon pied et commencer de le positionner dans le sens de la marche, je suis rentré à la maison, plâtré jusqu’au ventre…

Mon enfance, je ne me souviens pas de grand chose, mis à part de nombreux séjours à l’hôpital pour encore de nouvelles opérations…

Mes premiers souvenirs remontent à l’âge de 7 ou 8 ans, et c’est à partir de ce moment que les choses commencent à prendre un lien avec le TDA/H.

Les vacances en famille étaient des périodes complexes et très agitées. Papa TDA/H en puissance, ne tenait pas en place, Maman hyperactive militante, régissait tout ce qui était à faire. Les vacances avaient un goût de ressort, de dynamite, de …. le calme n’était jamais là. Il y avait une dissipation d’énergie incroyable. Notre famille était souvent le centre d’attraction du camping ou de la plage…

En règle générale, les temps morts en famille étaient des périodes d’instabilité et de problèmes réguliers. Week-ends, etc… Cela me concernait aussi, il fallait continuellement trouver quelque chose pour exciter mon esprit et mon intérêt.

La vie à la maison, Papa, décédé depuis quelques années était une homme extrêmement gentil et aimant. Il avait traversé une vie extrêmement difficile et rencontré de nombreux échecs.

TDA/H, il ne s’était jamais fait soigné, à l’époque peut-être il n’y avait pas encore de possibilité de le faire. Mon père était un homme renfermé, il gardait en lui énormément de choses, il avait apprit dans sa vie à garder les choses que pour lui…Il n’était pas facile de rentrer en communication avec lui, mais c’était un homme merveilleux.

Maman est aussi hyperactive, elle commence seulement aujourd’hui à l’admettre. C’est une maman merveilleuse, elle a fait ce qu’elle a put avec nous, et comme elle a put. Je lui doit beaucoup… Mon souhait est qu’elle puisse un jour trouver la paix en acceptant de se faire soigner et d’utiliser la Ritaline ou …. Peut-être que se sera possible…un jour…

Mon frère est sûrement aussi TDA/H, il présente toutes les qualités pour y être apparenté complètement. Quand à ma soeur, je ne sais pas… Si c’est le cas, c’est d’une manière plus légère, avec elle, impossible d’aborder le sujet…

Ma scolarité s ’est déroulée sans trop de problèmes, j’étais un élève moyen, avec des notes moyennes et des résultats moyens… La seule difficulté que j’ai rencontrée c’était avec mon langage, je bégayais et cela me demandait des efforts incroyable pour m’exprimer.. Il y avait tellement d’agitation à la maison que je passait la plupart de mon temps chez un amis, pour le week-end et quelquefois les vacances. J’avais besoin de calme.

Mon adolescence : là commence mes premières difficultés. A la fin de ma scolarité, j’ai décidé de faire une apprentissage de cuisinier. J’ai commencé à 16 ans et terminé 6 mois plus tard, cela ne m’intéressait déjà plus… L’année suivante, j’ai recommencé un autre apprentissage que j’ai terminé 3,5 ans plus tard. Les cours étaient pour moi une vraie galère, un jour par semaine, le temps ne passait pas…. quel ennui.

Je me rappelle que je m’ennuyais extrêmement vite et que dans la plupart des cas, toutes les choses que je commençais je ne les terminais jamais, maquettes, sport, etc…

A 20 ans j’ai rencontré mon épouse, ce fut pour moi une révélation, j’avais une raison de quitter la maison et toute son agitation quotidienne.

C’est elle qui me fit prendre conscience qu’il y avait certains de mes comportements qui lui semblait anormaux ou pas corrects. En discutant, nous arrivions à cerner différents moments ou comportements et voir que ceux-ci étaient souvent disproportionnés.

Après quelques années ensemble et après notre mariage, nous avons eu notre premier enfant, T…., après quelques années nous avons eu notre deuxième enfant J….., et enfin notre troisième et dernier enfant B….

J’étais un angoissé permanent, j’avais en permanence peur de tout et de rien, je découvris également que j’était dépressif et sûrement depuis toujours. Je suis aujourd’hui convaincu qu’il y a un lien extrêmement fréquent chez les TDA/H entre le TDA/H et la dépression. De mon avis il n’est pas possible de soigner correctement le TDA/H sans parallèlement faire quelque chose pour s’assurer de la présence ou non de la dépression, de son niveau et de soigner celle-ci. Pour ma part, j’ai décidé de soigner ma dépression et de perdre mes angoisses permanentes. Aujourd’hui, après 5 ans de traitement, je sors de la dépression, je n’angoisse plus du tout et ma vie et celle de mon entourage s’en porte bien mieux.

Je ne savais toujours pas que j’étais TDA/H à cette époque, c’est en allant chez mon médecin de famille que j’ai commencé à parler de mes comportements et qu’un diagnostic fut posé. Je pris le temps de lire tout ce qui avait sur la Ritaline et de m’intéresser à ce que ce médicament provoquait chez des sujets TDA/Hs.

Pour la première fois de ma vie, une grande partie des documents relatifs à le TDA/H et à son traitement décrivaient des faits semblables à mes comportements.

Mon médecin me proposa alors de faire un test à la Ritaline et d’évaluer les changements…. Ce fut pour moi un choc, dès la première fois, ce médicament à provoqué en moi un changement tellement fort que j’ai presque eu peur.

Dans mon travail, je passais énormément de temps à produire quelque chose de A à Z et terminé. Je ne tenais pas en place, toutes les 5 à 10 minutes, je me levais et allais déranger un collègue, boire un café, faire quelques pas, etc, etc…

La prise de la Ritaline me permettait de travailler une demi-journée sans arrêt et sans rencontrer la moindre difficulté à y arriver. Il était pour moi possible de produire quelque chose et de le terminer complètement sans y revenir.

Les semaines suivantes furent extrêmement intéressantes pour moi au niveau du feed-back extérieur. De nombreux collègues de travail me demandèrent si j’avais un problème… si ma santé allait bien… Mais aussi si je faisais la tête ou si j’étais fâché. Je ne dérangeais plus personne, du jour au lendemain avec cette petite pastille……

3 semaines plus tard, je retournais chez mon médecin avec mon premier feed-back, nous en avions parlé avec mon épouse et elle m’avait aussi donné ses constatations.
Aujourd’hui je sais combien nous les TDA/Hs devrions connaître parfaitement la vision des autres sur nous c’est l’une des premières choses à faire pour se faire diagnostiquer à mon avis.
Comment mon entourage juge mon comportement quotidien ? Il est vite facile de comprendre et de faire un rapprochement avec le TDA/H. Je décidais de continuer mon auto-évaluation et mon traitement à la Ritaline. Aujourd’hui, je prends toujours ma petite pastille en fonction de mon emploi du temps. En effet lorsque je suis dehors au grand air avec ma famille et mes enfants, je n’ai pas besoin de prendre la Ritaline.

Nos enfants, aujourd’hui ont : T….. 12 ans, J…. 10 ans et B…. 7 ans.
Les trois sont TDA/H à des niveaux différents. J…. à aussi un grand retard de développement et il ne suit pas un scolarisation normale. T… lui est à l’école et nous devons être derrière lui continuellement quand à B… les problèmes commencent mais nous seront derrière lui aussi pour l’aider. Nos trois enfants prennent donc la Ritaline et les trois ont subi une évaluation complète pour définir s’ils étaient oui ou non TDA/H.

Ce qui a sauvé notre famille, mais surtout notre couple c’est le dialogue et l’amour, en effet, une des choses les plus fédérative dans notre famille c’est l’amour de l’autre et le respect de sa différence. Sans cette approche, notre famille serait vraisemblablement dissoute aujourd’hui……

Je pourrais encore parler de nombreuses autres choses, mais ce serait trop long dans ce type de message. Prenez le temps de parler, trouvez un médecin qui soit à l’écoute de vos besoins et ceux de votre famille, si ce n’est pas le cas, changez de médecin.

Parlez, parlez et parlez encore en famille et avec votre conjoint. Prenez le temps de vous évaluer et d’évaluer votre comportement. Demandez à vos amis de vous donner du feed-back, à vos collègues de travail, à vos proches. Observez-vous et observez les membres de votre familles. Le fruit ne tombe jamais loin de l’arbre, vos parents, vos frères, vos soeurs, etc, vos grand-parents, etc, vos cousins, etc…. Prenez le temps d’observer les comportements des uns et des autres dans votre entourage proche.

Vous verrez que dans la plupart des cas vous ne serez et n’êtes pas seul dans votre cas et celui de votre famille. Vous constaterez peut-être aussi que vos amis le sont, Informez vos collègues de travail, vos chefs, etc, le TDA/H doit être UNE SOURCE DE DÉVELOPPEMENT, un capital personnel à développer et le meilleure cadre pour cela c’est votre travail….

Aujourd’hui je suis cadre supérieur, j’ai appris les langues étrangères, je voyage souvent et j’aime mon travail. Mais dans tous les cas, mon bien le plus précieux c’est mon épouse et mes enfants….

Sachez que dans tous les cas vous n’êtes pas seul….. Il y a toujours un lumière dans la nuit….

Copyright © TDA/H Belgique asbl – http://www.tdah.be – All Rights Reserved.


Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s