Témoignage de parents : Une maman essoufflée

profiltdah-4
Une maman essoufflée

Je suis une maman de 3 enfants dont un petit « TDA/H » de 5 ans !
Pour ma part, j’ai toujours été convaincue que mon petit garçon était un hyperactif. J’en ai toujours parlé, que ce soit avec le pédiatre ou autre mais il me semble que ce sujet est tabou et surtout, j’ai le sentiment de n’avoir jamais été prise au sérieux.
Et pourtant…….. Le pédiatre me conseille, malgré son bien jeune âge (à l’époque 6 mois ), de le mettre un peu dans le « youppala », ce qui est déjà au départ un peu déconcertant mais admet bien volontiers qu’il a rarement vu un bébé si tonique et j’en passe à cet âge.
La première année de maternelle de Corentin a été épouvantable, je l’ai vite retiré car j’ai pensé qu’il était aussi sans doute trop jeune. Deuxième année, idem, avec la même institutrice (aussi directrice) qui me dit que cette fois, je dois persévérer et laisser Corentin à l’école.
Catastrophe ! Bien sûr, il allait dans tous les sens, etc…..je vous passe les détails de tout le portrait de l’enfant TDA/H ( puisque vous le connaissez bien aussi ) !
L’institutrice a pris mon fils « en grippe  » puis elle « nous  » a pris en grippe. En effet, pour elle le comportement de Corentin venait du fait que je le couvais beaucoup trop.
Nous sommes allés de catastrophes en catastrophes et j’ai de nouveau retiré Corentin de l’école car cette instit s’acharnait véritablement sur lui donc je vous laisse imaginer les « dégâts » !
Cette année, par bonheur, l’institutrice de mon p’tit bout est beaucoup plus à l’écoute et surtout humaine ! Elle a bien compris que mon p’tit bonhomme avait un problème sans pour autant comprendre de quoi il s’agissait véritablement. Elle m’interpelle souvent pour me dire qu’elle ne sait plus quoi faire avec lui, ne sait plus comment le prendre, n’arrive pas à capter son attention plus de…. , qu’il ne tient pas en place, qu’il perturbe la classe etc, etc…..mais avec beaucoup d’empathie et de gentillesse.
Cela fait quatre ans et demi que je me bats pour faire reconnaître mon fils en tant que tel mais je me heurte à des murs, une incompréhension totale ! « Mais Madame, l’hyperactivité, c’est bien vague, ce n’est pas une maladie (grave dans la bouche de médecins tout de même) !
Quatre années de galère à me poser tellement de questions. C’est une véritable souffrance, la souffrance avant tout car je pense qu’il se sent constamment en situation d’échec, il a un mal fou à se concentrer sur quoique ce soit, ne termine aucun travail, devient de plus en plus brute (pour appeler un petit camarade il va par exemple lui donner une très forte tape dans le dos), ses petits camarades commencent à le délaisser et Corentin en souffre énormément c’est évident !
Avec son papa, bien sûr nous avions tout essayé : Fermeté, douceur…on a tout tenté, en vain… mis à part le fait que bien souvent cela le rendait encore plus malheureux.
Corentin à une grande sœur de 11 ans et un petit frère de tout juste 4 ans . ( Évidemment on a eu droit aussi à soit disant la jalousie vis à vis de son frère ! ) La souffrance de sa sœur et de son frère n’est pas à négliger non plus , car il y a SOUFFRANCE. Celle de Corentin, celle de sa sœur, de son frère et celle de son papa et la mienne !

Corentin a été diagnostiqué TDA/H par un neuropédiatre la semaine dernière.
NON, mon enfant n’est pas un sale gosse, NON mon enfant n’est pas mal élevé, NON il n’est pas tout ce que j’ai pu entendre. Corentin n’est pas seul, nous ne sommes pas seuls !
Aujourd’hui, je suis décidée à me battre comme jamais pour mon fils, je ne baisserai plus jamais les bras,
plus jamais !

Copyright © TDA/H Belgique asbl – http://www.tdah.be – All Rights Reserved.

Publicités

Témoignage de parents : Carole

profiltdah-4
Je m’appelle Carole et je suis enseignante en maternelle.
J’ai 2 enfants, 2 garçons, Georges, presque 8 ans, et Anatole, 5ans.
Anatole a toujours été TRÈS actif et d’ailleurs on raconte souvent, mon mari et moi, qu’il a été quasiment impossible d’avoir une échographie « normale » de notre petit tellement il bougeait dans mon ventre!
Mon gynéco nous avait prédit une vie postnatale fort mouvementée, ce en quoi, il ne s’est pas trompé!
L’autre anecdote de cette grossesse est que, enceinte de triplés (naturellement, je tiens à le préciser), Anatole a été le survivant et lorsque nous nous sentons épuisés, Mon mari a l’habitude de dire: « tu imagine ça multiplié par 3 ?
La vie a suivie son cours, avec mes 2 petits, le premier plus calme que le second, mais sans problème particulier, bien que nous voyions bien que l’activité d’Anatole était réellement supérieure à celle d’autres enfants du même âge. Il a été en garderie et tout s’est parfaitement passé là encore.
A 3 ans, voici le moment de la première scolarisation, dans l’établissement dans lequel je travaille et dans le même où est allé Georges.. C’est là que se produit le premier hic, car Anatole avait bien entendu associé école/ travail de maman
et a eu d’autant plus de mal à s’adapter à l’école qu’il me voyait toute la journée puisque je n’était séparée de lui que par 2 salles de classes, sans parler des récréations, etc,…
Son activité s’est alors réellement réveillée et cela a été très dur pour moi qui voyait combien il était malheureux, tout en ne comprenant pas exactement le pourquoi. Mon mari et moi mettions cela sur la proximité(maman/école) ainsi que sur le fait de l’absence de son père pour des raisons labiales.
Vous voyez venir ici la culpabilité des parents . Typique, n’est-ce-pas?
Malheureusement pour nous, l’institutrice (et donc collègue) d’Anatole est de ce type qui existe toujours : abominable, dangereuse pour les enfants; jamais de sourire, fonctionne en criant, sans jamais de tendresse pour les enfants, en leur inculquant non pas le respect, mais la crainte. Je m’arrête là dans la description.
Cela se passait donc très mal en classe.
Anatole ne parvenant pas à nous aider à comprendre ce qui se passait, nous sommes allés, à la suite d’un incident violent contre lui-même survenu en classe, consulter un psychologue.
Je ne sais si l’on peut dire que le cauchemar s’est alors terminé (parce ce que je ne vous apprends rien en disant que la vie de toute la famille est affectée) du fait que l’on a diagnostiqué le TDA/H d’Anatole, parce tout cela a duré près d’une année scolaire. Je tiens aussi à déclarer tout- de-go que si Anatole avait eu une autre enseignante, cela lui aurait évité cette déstabilisation totale si jeune.
Les psy m’ont d’ailleurs conseillé de protéger au maximum mon fils contre les actions de cette personne que je ne peux plus considérer comme enseignante.
Aujourd’hui, Anatole est en Grande section et heureusement son enseignante depuis 2 ans maintenant sait quoi faire .
Anatole a enfin découvert l’école-plaisir et parvient à se concentrer, un grand mot pour les parents.
Le fait d’être avec des camarades ayant eux aussi subi cette déstabilisation affective, émotive et ses conséquences sur le cognitif l’a aidé (même si j’en suis désolée pour ses enfants).
Voici l’histoire de ma famille. Je suppose qu’elle est banale.
Le TDA/H, quel que soit son « degré » est une lutte quotidienne, mais en fait pas plus que le reste, une fois que cela est accepté. Le plus dur est le regard des autres amis, entourage.

Copyright © TDA/H Belgique asbl – http://www.tdah.be – All Rights Reserved.

20 Mythes et réalités concernant le TDA/H

profiltdah-4
20 Mythes et réalités concernant le TDA/H

Répondez aux questions suivantes au meilleur de vos connaissances.

1. Le TDA/H est un trouble nouveau, apparu à cause de notre mode de vie actuel.
Vrai

Faux

2. Le Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité – TDA/H disparaît à l’adolescence.

Vrai

Faux

3. Tous les enfants agités ont un TDA/H.

Vrai

Faux

4. Les symptômes liés au TDA/H varient en fonction des circonstances.
Dans quelles circonstances note-t’on une amélioration du comportement ?

a) Quand l’enfant est fatigué.

b) Face à une personne nouvelle ou dans une situation très nouvelle.

c) Lors d’activités en grand groupe.

d) Lorsque l’élève est en face d’un matériel pédagogique peu stimulant.

5. L’attention et la concentration dont font montre certains enfants atteints de TDA/H lorsqu’ils jouent à des jeux vidéo prouvent qu’ils seraient capables d’être plus attentifs en classe s’ils étaient plus motivés.

Vrai

Faux

6. Pour qu’un enfant soit diagnostiqué TDA/H il doit être très agité, sauter et grimper partout, et ne pas être capable de rester assis plus de 10 minutes.

Vrai

Faux

7. Les médicaments qui traitent le TDA/H peuvent causer les effets secondaires suivants : insomnie, irritabilité, maux de tête ainsi que maux de ventre.

Vrai

Faux

8. La prise de médication par un enfant atteint de TDA/H peut mener à un problème de toxicomanie à l’adolescence.

Vrai

Faux

9. Les médicaments prescrits pour traiter le TDA/H produisent un effet calmant.

Vrai

Faux

10. Les enfants atteints de TDA/H naissent avec des vulnérabilités biologiques affectant la capacité d’attention et le contrôle de soi.

Vrai

Faux

11. Un enfant peut être correctement diagnostiqué comme ayant un TDA/H et être très calme.

Vrai

Faux

12. Les enfants qui présentent un TDA/H se concentrent mieux sur leurs tâches lorsque l’environnement est silencieux et non-stimulant.

Vrai.

Faux.

13. Les enfants qui présentent un TDA/H se comportent mal par manque de volonté ou par opposition. Ils ne veulent pas suivre les consignes et compléter les tâches demandées.

Vrai.

Faux.

14. Le TDA/H est un trouble médical qui ne peut être traité que par médication.

Vrai.

Faux.

15. La plupart des enfants atteints de TDA/H deviennent des adultes « normaux » puisque les symptômes finissent par s’estomper.

Vrai

Faux

16. Le TDA/H peut être héréditaire.

Vrai

Faux

17. Si une médication est prescrite, les interventions éducatives ne sont plus nécessaires.

Vrai

Faux

18. Si un enfant a d’excellents résultats scolaires un jour et des résultats désolants le lendemain, il est possible qu’il soit atteint de TDA/H.

Vrai

Faux

19. Les enfants atteints de TDA/H se comportent généralement mieux dans les situations un à un qu’en groupe.

Vrai.

Faux

20. Il y a de plus en plus d’enfants atteints de TDA/H.

Vrai

Faux

Réponses

1. Faux
La fréquence du TDAH ne varie pas au travers des décennies, ni en fonction des différentes populations et donc des différents modes de vie. Il est admis qu’un environnement peu structuré, une accumulation de stimulations et notre rythme de vie actuel peuvent augmenter les symptômes ou les rendre plus difficiles à gérer. Des cas de TDA/H sont déjà décrits dans des livres médicaux du 19ème siècle.

2. Faux
Le TDAH persiste jusqu’à l’âge adulte dans au moins 50 à 70% des cas. L’idée que le TDAH disparaît à l’adolescence vient de l’époque où l’on se préoccupait surtout du symptôme « hyperactivité motrice », qui lui diminue le plus souvent avec l’âge.

3. Faux
Certaines causes médicales, psychologiques ou éducatives peuvent être la cause d’une agitation chez l’enfant. On parle alors d’hyperactivité réactionnelle.
Le diagnostic différentiel se révèle essentiel pour faire la part des choses, d’autant que les deux phénomènes (TDAH et agitation réactionnelle) peuvent coexister chez le même enfant.

4. B
Ce type de situation impressionne et captive l’enfant ce qui le stimule à se freiner. Dans les 3 autres situations, il aura tendance à être dispersé et à manquer de contrôle sur son comportement.

5. Faux
L’enfant peut arriver à se concentrer (ou à se laisser captiver) sur une activité très stimulante . C’est plus une question de niveau de stimulation que de motivation.
Ecouter en classe nécessite une attention beaucoup plus active, qui est difficile à maintenir même quand la motivation est excellente.

6. Faux
L’Hyperactivité est loin d’être présente dans tous les cas de TDA/H. Beaucoup de personnes atteintes souffrent uniquement de Déficit d’Attention, sans manifestation d’Hyperactivité. L’abréviation TDA/H signifie d’ailleurs « Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité ».

7. Vrai
Chez certains patients, ces médicaments peuvent causer des effets secondaires comme de l’insomnie, de l’irritabilité, des maux de tête et de vente, etc.
Ceux-ci diminuent ou disparaissent en général spontanément au bout de quelques semaines.
Ils peuvent cependant aussi être liés au dosage, au moment de la prise, etc.
Ces médicaments nécessitent un suivi régulier et parfois une réévaluation du traitement par le médecin prescripteur.

8. Faux
Les statistiques auraient même tendance à démontrer une tendance inverse. Le TDA/H augmente le risque de toxicomanie, mais le traitement le diminue. A moins que ce ne soit le diagnostic lui-même…

9. Faux
Les médicaments qui traitent le TDA/H ont un effet plutôt excitant. Leur spécificité est d’exciter plus « le frein que l’accélérateur ». Mais une personne plus concentrée, moins dispersée, aura l’air plus « calme ». Si un patient est trop calme sous l’effet du médicament, c’est à considérer comme un effet secondaire.

10. Vrai
Mais les symptômes peuvent n’apparaître que plus tard car ces compétences ne sont pas encore très utilisées au début de la vie.

11. Vrai
Le diagnostic de TDA/H implique toujours une distraction, ou des difficultés de concentration, mais pas nécessairement de la nervosité.

12. Vrai
La distractibilité (se laisser facilement distraire) implique que toute stimulation extérieure va détourner l’enfant de son travail scolaire. Notons que certains adolescents étudient mieux avec de la musique parce qu’elle filtre les bruits extérieurs.

13. Faux
La règle est qu’au départ, ils n’y arrivent pas. Ceci dit, à force de ne pas y arriver, beaucoup développent une « mauvaise volonté » par la suite.

14. Faux
Un traitement multimodal est indispensable dans le cadre du TDA/H. La médication n’en est qu’un aspect. Psychoéducation, thérapies et autres donnent d’excellents résultats souvent meilleurs quand ils sont accompagnés de l’aide de la médication. Certains patients sont traités sans médicament.

15. Faux
Le TDAH persiste jusqu’à l’âge adulte dans au moins 50 à 70% des cas. L’hyperactivité motrice diminue le plus souvent avec l’âge mais le trouble de l’attention, l’impulsivité, les difficultés à s’organiser peuvent rester un problème majeur au quotidien.

16. Vrai
C’est le facteur causal principal d’après les études les plus récentes.

17. Faux
La médication sert à diminuer les symptômes sur le court terme et les mesures éducatives à augmenter la maîtrise des symptômes sur le long terme. Le traitement médicamenteux permet d’ailleurs de rendre plus efficaces les mesures éducatives.

18. Vrai
C’est même très caractéristique, surtout si ces variations persistent sur le long terme. Ceci s’explique par un bon niveau scolaire mais une concentration très variable.

19. Vrai
Ce sont des situations qui favorisent une pensée cohérente. En situation de groupe, des stimulations visuelles auditives et émotionnelles multiples peuvent amener à une dispersion des idées.

20. Faux
Il y  plus de diagnostics car le TDA/H est mieux connu. Les études de population montrent une grande stabilité dans le temps.

Document rédigé par le Docteur Denis Verheulpen, neuropédiatre.

Copyright © TDA/H Belgique asbl – http://www.tdah.be – All Rights Reserved.

 

Témoignage de parents : « Il y a le bazar dans ma tête »

profiltdah-4
« Il y a le bazar dans ma tête »

C’est Léo qui me l’a dit, il m’a demandé pourquoi c’est mal rangé dans sa tête, pourquoi tout ce fouillis ?

Léo est un petit garçon de 9 ans. Il aime bien rire, faire des dessins, des bricolages et adore apprendre plein de choses sur tout. Mais dès qu’il est arrivé en maternelle, les autres enfants l’on rejeté, et on ne comprenait pas pourquoi.

Oui il était parfois un peu brutal, mais surtout il se sentait toujours agressé par les autres, une petite moquerie le rendait très malheureux. Il n’a plus voulu mettre de bonnet l’hiver, car « les autres » se moquaient et lui n’aime pas ça, cela lui fait trop de peine. A la fin de la moyenne section, Léo décide qu’il est assez grand pour aller au CP pour apprendre à lire, mais ce n’est pas possible, la maîtresse dit qu’il n’est pas près, donc il reste en maternelle, il s’ennuie et n’a plus envie de travailler. Il devient moins gentil dans la cour de l’école, mais à la maison est très sage. Il fait de très beaux dessins, et dit qu’il veut être chercheur pour inventer des médicaments, il faudra prendre un seul comprimé pour guérir.

Et enfin voilà le passage au CP, dans une nouvelle école puisque l’autre du village a fermé.

Et là Léo n’arrive pas à bien apprendre, c’est dur et il n’est pas patient du tout, souvent il se fâche et ne s’entend pas avec les autres enfants qui se montrent souvent méchants avec lui.

Léo est malheureux, quand ses cheveux poussent un peu les autres disent qu’il ressemble a une fille, les maîtresses sont gentilles mais ne comprennent pas, elles croient que Léo se comporte mal avec les autres enfants dans la cour et c’est pas juste car le pauvre se fait toujours prendre au moment ou il se défend, alors que l’enfant qui l’a frappé en premier ment toujours.

On a vue une psychologue, elle a dit : « Léo se défoule a l’école car il veut être très gentil à la maison pour ne pas faire de peine à ses parents », c’est n’importe quoi et nous on sait bien que quelque chose cloche, mais on ne sait toujours pas quoi.

En plus Léo est un enfant exceptionnel qui fait des efforts et des progrès. Et en CE1 le réseau d’aide de l’école, le fait progresser dans son comportement et il commence même à avoir des amis. Il apprend mieux mais peine tellement, il lui faut 3 heures pour les devoirs le soir et souvent tout le dimanche après midi. Les devoirs remplissent tous les moments réservés aux loisirs, les autres enfants vont au sport ou en ballade, et Léo lui doit travailler plus longtemps pour être au même niveau que les autres, et ce n’est pas drôle, mais alors pas drôle du tout.

Mais au moins, il arrive à suivre et ses notes sont bonnes et ça le rend heureux et il passe au CE2 comme ses amis.

Alors pourquoi, il a fallu que ce soit une très méchante maîtresse qui fasse la classe de CE2, Léo a fait plein de progrès, mais souvent il fait tomber ses affaires en classe, il parle tout haut, ou il oublie ses cahiers.

La maîtresse ne supporte pas, elle veut des élèves parfaits et très intelligents, alors elle décide de rendre Léo malheureux, de le rendre responsable de tout, de le punir chaque jour, de lui faire tout recopier quand ce n’est pas comme elle le souhaite, elle le prive de récréation, et dit du mal sur lui aux autres enfants et les empêche d’être ses copains. Les réunions parents/maîtresse, ne se passent pas bien, devant les parents et la directrice, cette enseignante ment. Léo voit une nouvelle pédiatre qui l’écoute, elle lui fait des tests pour comprendre ses difficultés scolaires et dit qu’il a des résultats au dessus de la moyenne, elle met en garde et parle de réfléchir à un changement d’école, car cette maîtresse conduit doucement Léo à la déprime.
A ce moment là, nous découvrons ce qu’est le déficit d’attention et les troubles associés, ça correspond exactement. Comme c’est juste avant les vacances de Noël, et que nous avons un rendez-vous avec un neurologue pour faire des tests, la situation est expliquée à la maîtresse, un déficit d’attention avec hyperactivité est suspecté chez Léo. Après les tests une prise en charge seras mise en place pour qu’il soit aidé et la maîtresse dit qu’elle comprend et qu’elle sera à l’écoute.

Elle s’est montrée presque bien en janvier, puis est redevenue un monstre, un regard haineux que Léo m’a souvent montré lors de la sortie d’école, il est devenu désagréable, ne voulant plus travailler, toujours triste. Et en février juste avant les vacances, quand Léo est revenu avec son cahier du jour plein de remarques et insultes en rouge, maman a promis que plus jamais il ne retournerait dans cette école qui autorise la méchanceté d’une maîtresse (qui aujourd’hui encore rends très malheureux plein d’autres élèves, personne ne fait rien et elle a le droit de détruire les enfants car personne ne croit les enfants et personne ne veut écouter une maman).

Léo a passé ses tests qui ont montré des troubles, un déficit d’attention, problème de mémoire et hyperactivité enfin on a compris pourquoi Léo est en activité de 6H à 21H non stop, pourquoi il perd tout, pourquoi il ne comprend pas nos demandes et surtout pourquoi il peine tellement à apprendre, le neurologue très gentil a prescrit du Méthylphénidate. Nous avons trouvé une autre école et même la pédiatre nous as aidé, elle a fait un certificat médical pour expliquer la souffrance de Léo suite au rejet de cette méchante maîtresse, elle nous a aussi redonné plein de courage.

Léo a repris confiance avec une nouvelle maîtresse formidable, elle l’a accepté avec ses différences, et dans la cour avec les autres enfants tout se passe bien. Le Méthylphénidate l’aide à être moins impulsif, à bien comprendre les explications en classe et beaucoup d’autre choses.

Dans cette école, les élèves apprennent à se connaître, et à devenir des amis et toutes les enseignantes sont à l’écoute et très gentilles.

Léo a réussi sont CE2 et est maintenant en CM1, il peine moins pour les devoirs et apprend beaucoup mieux.

Et pourquoi ? Car le Méthylphénidate range le bazar dans sa tête.

Aujourd’hui on connaît le truc qui cloche, le cerveau ne fabrique pas en quantité suffisante la nourriture qu’il lui faut pour être bien rangé, alors du coup Léo est impulsif, hypersensible, il n’arrive pas à se concentrer, son attention est sans arrêt détournée sans qu’il s’en rende compte, sa mémoire marche mal et c’est tout ça qui l’empêche de bien apprendre, de bien comprendre, mais aussi de bien jouer avec d’autres enfants, le manque d’attention fait échapper les objets que l’ont tient dans la main, mais aussi il nous fait cogner dans les meubles ou nous empêche de voir une voiture qui arrive. Léo dit à « sa tête » de faire attention mais « elle » n’écoute pas, il lui demande de l’aider à être plus gentil, de moins bouger mais elle ne veut pas.

Il dit que sa tête écoute qu’avec le Méthylphénidate, car quand le médicament agit, là il comprend ce qu’on lui demande, il n’est pas triste quand un enfant lui fait une remarque, il arrive a enregistrer une poésie, de faire une belle écriture, il arrive a mieux parler et s’expliquer. A la maison il joue sans se fâcher avec son frère. Et il ne claque pas les portes par colère, il a plus confiance en lui et il est sûr qu’il pourra inventer un médicament pour les TDA/H mais là il veut faire un médicament qui sera pas mal vu a cause d’adultes qui ne comprennent rien aux troubles et à la médication qui l’aide tant.

En + Léo est rassuré de savoir qu’il n’est pas tout seul puisque son frère, sa grande soeur et sa maman ont aussi un TDA/H. C’est quand même bizarre, on croyait tous qu’on était nuls alors que l’on a une maladie neurologique héréditaire, et le plus gros des soucis était de trouver un bon médecin et ça demande des années, pour trouver quelqu’un qui veut bien écouter et prescrire des tests pour voir se qui cloche.

Et pourquoi les enfants qui ont besoins de tests ne peuvent pas les avoir facilement ?
Et pourquoi les parents ne sont jamais écoutés ?
Et pourquoi un enfant comme un adulte n’aurait pas le droit d’avoir un médicament quand il existe et qu’il peut les aider à vivre ?
Et pourquoi des gens décident que les parents sont coupables quand un enfant est différent ? Pourquoi les adultes ne veulent pas croire quand un enfant dit ce qu’il ressent ?
Pourquoi les psychologues inventent des problèmes de famille pour expliquer le mal être d’un enfant ?
Et pourquoi plein de médecins se sentent tellement supérieurs qu’ils refusent de faire les bons tests pour établir un diagnostic réel juste parce qu’ils sont contre certaines maladies ?

Léo a beaucoup de question, il est suffisamment intelligent pour avoir compris que cette maladie qui ne se soigne pas, doit être apprivoisée, il cherche à comprendre ses troubles pour s’aider lui-même mais aussi pour expliquer aux autres enfants. Il veut maintenant écrire ce qu’il sent dans sa tête, il dit que cela l’aidera pour fabriquer un médicament quand il sera grand.

Cela me donne plein d’espoir, car si nos enfants s’intéressent à leurs troubles avec passion en considérant qu’il ont un plus, l’un d’entre pourra peut-être devenir un spécialiste dans un futur pas si loin tout compte fait. Cela serait une belle revanche sur tout les médecins bornés de notre génération.

Une maman admirative

Copyright © TDA/H Belgique asbl – http://www.tdah.be – All Rights Reserved.

Témoignage de parents : je me souviens

.profiltdah-4
Je me souviens.
Un jour j’ai appris que mon petit garçon que j’aimais tant n’était pas tout à fait comme tous les autres petits garçons, ni mieux ni moins bien seulement différent.
Cela m’a fait mal, tellement mal de savoir que jamais il ne guérirait, que sa maladie il faudrait apprendre à vivre avec car TDA/H il était et TDA/H il resterait toute sa vie, toute ma vie.
D’un autre côté c’était une bonne nouvelle, les cris et hurlement allaient enfin pouvoir stopper à la maison. Tous ces comportements inacceptables qu’il pouvait avoir et bien il n’en était pas responsable et surtout pas coupable. Tout cela n’était qu’une question de dopamine et de sérotonine.
L’autre bonne nouvelle était qu’un médicament existait qui allait pouvoir l’aider.
On parlait un peu partout de la Méthylphénidate comme d’un médicament diabolique qui rend les enfants sages, en fait des êtres amorphes, des espèces de petits robots ou petites poupées qui seraient la caricature de l’enfant idéal. Quels mensonges !
Mon fils prend de la Méthylphénidate et cela l’aide beaucoup. La vie à la maison ressemble parfois à la vie que j’avais imaginée et puis d’autres fois on retombe dans l’enfer. Tout n’est jamais gagné et chaque jour il faut éduquer et éduquer encore et encore mon fils.
Je n’avais pas imaginé une seconde qu’être maman deviendrait pour moi un travail, un travail tellement épuisant.
J’ai cessé de travailler à l’extérieur pour élever mon fils.
Maintenant je travaille à la maison.
Je suis maman à plein temps et si c’est le métier le plus magnifique que je connaisse c’est pour le moment pour moi aussi un métier bien ingrat. Ce métier j’aimerais le faire en équipe mais je n’ai trouvé personne de bénévole pour m’aider. Dans la famille et les amis on s’enfuit quand je demande un coup de main, maintenant j’ai renoncé à demander.
J’aimerais engager quelqu’un de l’extérieur mais je n’en ai pas les moyens car hélas être maman est un métier qui ne rapporte pas d’argent.
Aujourd’hui je pense à toutes ces personnes qui critiquent le fait que je donne du Méthylphénidate à mon fils en nommant ce médicament : « la pilule des enfants sages ».
Ce médicament miracle n’existe pas alors je vais prendre ma baguette magique de maman et distribuer amour, éducation, soutien, tendresse, courage, affection et encore tant d’autres choses à mon enfant.
Je ne vais pas baisser les bras ni aujourd’hui ni demain ni jamais. Je vais continuer à aimer mon fils et à le soutenir quoi qu’il advienne, aujourd’hui, demain, toujours.
Je vais penser aux autres mamans qui font comme moi et qui comme moi dans quelques années se retourneront avec plaisir sur leur passé en se disant : « on a réussi ». Mon fils est maintenant un homme heureux et j’y suis pour quelque chose.

Copyright © TDA/H Belgique asbl – http://www.tdah.be – All Rights Reserved.

Témoignage de parents : Aurore

profiltdah-4

La médication rendrait les enfants TDA/H sages et fades ?
Moi aussi mon fils est génial et labellisé en plus !
Le problème c’est qu’il est totalement incapable de respecter des règles simples.
Incapable de dominer la frustration d’une interdiction.
Incapable de se conformer à la vie en société.
Incapable d’avoir un comportement adapté à la collectivité….
Alors cet enfant fabuleusement génial capable de suivre le programme scolaire de sa soeur (4 ans de plus !!!) ne parvient pas à accepter de se lever à l’heure pour l’école.
Pire il va sortir tout content de l’école pour m’annoncer (très très fort) qu’il a 20/20 au bilan de math mais il ne se rappellera plus du tout sur quoi portait les contrôles… et trois pas plus loin il va jeter son cartable part erre sous prétexte qu’il est trop lourd et qu’il n’a pas envie de le porter.
Il se lève le matin en chantant (est ce que tu m’entends hé ho…. chanson tout à fait adapter à l’enfant !), il raconte 600 fois la même blague (oui j’entend toujours !) mais il ne sait pas sur quelle planète il habite et n’a aucune notion/conscience du temps qui passe.
Le traitement ne l’a pas rendu apathique ni amorphe.
Il permet de l’ancrer un peu sur la planète terre….
Mais il reste du boulot !
J’adore rire et chanter, j’adore cet enfant génialement joyeux, j’adore sa créativité et ses idées de génie….. cependant j’ai un stock de force qui s’amenuise et il m’arrive de douter de son avenir.
Il y a beaucoup de mots pour définir mon fils et décrire le quotidien avec lui mais sage et fade n’en fait pas partie !

Aurore

Copyright © TDA/H Belgique asbl – http://www.tdah.be – All Rights Reserved.