Jeudi 20 mai : groupe de parole via zoom pour adultes atteints de TDA/H


Le jeudi 20 mai, de 20h30 à 21h30 groupe de parole, via zoom, pour adultes atteints de TDA/H.
Adrien Devyver, parrain de l’asbl TDA/H Belgique nous fera le plaisir d’y participer.

Comment participer ?

Inscrivez-vous, avant le 18 mai, via ce lien :
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfxksTSg8fMYO0iv2Gk3K1xruy7uKXOklZUstnJ86WIUmjbbw/viewform

N’oubliez pas de remplir toutes les cases.

Attention, vous ne recevrez aucun message de confirmation au moment de votre inscription.

Deux jours avant l’évènement vous recevrez, par mail, le lien zoom pour nous rejoindre.
N’hésitez pas à consulter vos spams !

Cette activité est offerte pour l’asbl TDA/H Belgique.

Soutenez nos actions en adhérant : www.tdah.be/tdah/asbl-tdah-belgique/devenir-membre
ou par un don déductible fiscalement : http://www.tdah.be/tdah/faireundon

Jeudi 6 mai : groupe de parole via zoom pour parents et enseignants


Le jeudi 6 mai, de 20h30 à 21h30 groupe de parole, via zoom, pour parents et enseignants confrontés au TDA/H.
Adrien Devyver, parrain de l’asbl TDA/H Belgique nous fera le plaisir d’y participer.

Comment participer ?

Inscrivez-vous, avant le 4 mai, via ce lien :
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdcy4wmrMAPV6MYQ-oHOeV1ga3uKd1M0l-lQSTq4YUYRvgGog/viewform?fbclid=IwAR0ODuS6nm3njiZWnDukwMGireHG-YuEAULJ5Qshi9mI–zoOZFBSjTinVk

N’oubliez pas de remplir toutes les cases.

Attention, vous ne recevrez aucun message de confirmation au moment de votre inscription.

Deux jours avant l’évènement vous recevrez, par mail, le lien zoom pour nous rejoindre.
N’hésitez pas à consulter vos spams !

Cette activité est offerte pour l’asbl TDA/H Belgique.

Soutenez nos actions en adhérant : www.tdah.be/tdah/asbl-tdah-belgique/devenir-membre
ou par un don déductible fiscalement : http://www.tdah.be/tdah/faireundon

Témoignage d’une grande sœur



Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est profiltdah-4.jpg

Madame,

Je suis la grande sœur d’Antoine qui est élève dans votre classe. Antoine est un enfant différent. Antoine est atteint de TDA/H.

Chaque jour vous lui répétez encore et encore qu’il est mal élevé, qu’il est turbulent, qu’il doit rester immobile, qu’il doit se taire, qu’il n’écoute jamais ce que vous dites.
Et chaque fois que vous dites cela, il ressent un échec de plus.
Antoine fournit chaque jour des efforts incroyables mais, malgré cela, il subit remarque sur remarque.  Alors, jour après jour, effondrée sous le poids de vos reproches, son estime personnelle s’étiole un peu plus.

Je sais ce que ressent Antoine car moi aussi je suis atteinte de TDA/H.

Quand vous lui demandez de rester immobile pendant que vous parlez, pour lui c’est mission impossible.
Il répète sans arrêt à son corps de ne pas bouger mais sa bouche, ses mains et ses pieds ne sont pas très coopératifs. Au bout de quelques minutes sa bouche se tord, ses doigts se croisent, ses orteils se crispent. Il fait tous les efforts du monde mais, petit à petit, la souffrance devenue trop forte laisse son corps s’exprimer. C’est à ce moment-là que vous vous fâchez en criant « Je t’ai demandé de ne pas bouger quand je te parle ! Tu n’es même pas capable d’écouter ce que je te dis pendant 2 minutes ? »
Quelle tristesse ! Antoine a beau s’être battu contre l’expression des symptômes de son trouble, au lieu d’être félicité pour ses efforts il se retrouve puni.

« Arrête de couper la parole ! »
Cette phrase il l’entend tout le temps … mais si on essayait de comprendre pourquoi il fait ça ? 
C’est parce que ses pensées ne s’arrêtent jamais, ça bouillonne dans son petit cerveau et cela va dans tous les sens. « Qu’est-ce qu’on va manger ce soir ? Il y a de l’eau sur la lune ? Est-ce que les lions courent plus vite que les guépards ? Est-ce que je pourrais courir 5 km en moins d’une heure ? C’est bientôt Noël ? … » 

Cela bouillonne tellement qu’il faut que ça sorte… Souvent c’est hors sujet sans aucun lien avec la conversation existante… mais il a besoin d’évacuer et voilà que ça sort.

Bien sûr à ce moment-là vous lui dites « Arrête de couper la parole ! Je ne comprends pas pourquoi tu poses cette question, cela n’a aucun sens ! »

D’autre fois il a tellement peur d’oublier la réponse à une question qu’il la crie sans attendre. En effet, s’il attend, ne serait-ce que quelques secondes, il sait que sa réponse risque de disparaitre dans le torrent de ses pensées.

 
Le soir Antoine n’arrive pas à s’endormir. Je suis triste quand je l’entends dire à Maman : « Je voudrais dormir mais je n’y arrive pas. »
C’est parce qu’il n’arrive pas à arrêter de penser, son torrent de pensées coule sans cesse, jour et nuit. Son cerveau bouillonne sans arrêt et impossible de le mettre sur pause.

Vous n’arrêtez pas de lui reprocher d’être rêveur, d’être incapable de se concentrer.

Alors je vous demande : et vous ? Si on vous demandait de vous concentrer alors que 100 personnes en même temps vous posent des questions, vous y arriveriez ? Non !

C’est ce qui se passe dans la tête d’Antoine quand on lui demande de se concentrer. 100 questions se posent dans sa tête en même temps. Cela rend sa concentration très très compliquée. Alors quand il y arrive c’est qu’il a fourni un effort surhumain. Alors, s’il vous plait, arrêtez de lui demander de rester concentré pendant de longues périodes. Il en est incapable.

Quand il veut vous écouter il doit arriver à faire abstraction de tout ce qui se passe dans sa tête et autour de lui. En même temps ! C’est vraiment dur ! Je sais de quoi je parle. Il m’a fallu des années pour y arriver !

Et pourtant après ses efforts vous criez : « Tu ne m’as pas écoutée ! Tu n’es même pas capable de faire des efforts pendant 5 minutes ! »

Et encore un échec. Et son estime de soi qui s’effondre à chaque fois un peu plus. Et mon cœur de grande sœur qui se brise quand j’entends Antoine dire à Maman « Je suis vraiment trop nul, Madame s’est encore fâchée ! » 

Mon petit frère est un super héros et je suis fière de lui. Il se bat chaque jour malgré l’incompréhension des adultes.

 
Alors maintenant que vous savez tout, s’il vous plait, arrêtez de crier et de vous fâcher sur Antoine. Il a besoin de vos encouragements pour arriver à continuer à faire des efforts.

Vous savez, mon petit frère je l’aime plus que tout et je suis très très fière de lui.

Lucie

Copyright © TDA/H Belgique asbl – http://www.tdah.be – All Rights Reserved.

Réédition brochure « Attention à mon attention ! Une brochure pour expliquer le TDA/H aux enfants ».

Bonjour,

L’association TDA/H Belgique – www.tdah.be – est heureuse de vous annoncer la réédition de sa brochure « Attention à mon attention ! Une brochure pour expliquer le TDA/H aux enfants ».

Cet outil pratique est conçu pour que chaque personne confrontée à un enfant atteint de TDA/H* puisse lui expliquer les raisons de son trouble à l’aide de mots simples et d’images parlantes et l’aider à apprendre comment faire pour l’apprivoiser.

Ce projet, soutenu par le Brabant Wallon ainsi que par la Fédération Wallonie-Bruxelles, complète la collection d’outils initiés par l’ASBL TDA/H Belgique. 

Cette brochure de 28 pages (format 17/24cm), vendue au prix de 10 € hors frais d’envoi, peut être commandée directement à l’association TDA/H Belgique : http://www.tdah.be/tdah/documentation/brochures.

Elle complète la collection d’outils édités par l’asbl TDA/H Belgique.
«  TDA/H, comprendre et aider son enfant » 
«  TDA/H à l’école, comment aider votre élève à développer son plein potentiel ? »
«  TDA/H, les aspects médicaux d’un trouble complexe »
«  Le TDA/H chez l’adulte : une question de gestion »
«  Apprivoiser le TDA/H à l’adolescence »
«  TDA/H et habiletés sociales »«  Le TDA/H, petit guide à l’intention des animateurs extrascolaires »
«  Philo et Sophie à la découverte de la planète tête »
«  Gaspard découvre son TDA/H »
«  Juliette, la Princesse Distraite ».

Amitié et chocolat belge

Pascale De Coster
Fondatrice asbl TDA/H Belgique – www.tdah.be


*TDA/H = Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité

Cette pathologie fréquente touche, en Belgique, environ 118.000 enfants de moins de 14 ans.

Le TDA/H est un désordre neurodéveloppemental et neurobiologique entraînant des difficultés à inhiber et à contrôler les idées, les gestes, les comportements et les émotions.

Ce trouble de l’inhibition affecte les champs d’activité suivants : la mise en œuvre et l’organisation ; la vigilance et l’attention soutenue ; l’effort constant, le maintien de la motivation et la planification ; la mémoire de travail.

Les personnes atteintes de TDA/H sont principalement perturbées par :

– les troubles cognitifs attentionnels : distractivité, instabilité des idées, difficultés à s’organiser, oublis et pertes d’objets

– la désorganisation associée : procrastination, difficulté à commencer puis à terminer les tâches, éparpillement, retards, difficultés avec la notion de temps et la planification des tâches

– l’impulsivité : difficulté à réfléchir avant d’agir

– les difficultés à moduler l’intensité de leurs réactions émotionnelles : « à fleur de peau », « hypersensible ».

Les symptômes du TDA/H et leurs répercussions au quotidien entrainent fréquemment une faible estime de soi et un sentiment de sous-performance chronique, douloureusement vécus par les personnes atteintes.

Il est temps de commencer à changer le système d’éducation
pour aider les enfants aux prises avec le TDA/H à réussir à l’école.
Des interventions éducatives sont nécessaires à tous les niveaux,
qu’il s’agisse de la formation avant et pendant l’emploi
pour mettre à jour les connaissances des enseignants sur le TDA/H
ou de l’adoption de stratégies d’enseignement pouvant être utilisées dans les classes ordinaires
pour faciliter la réussite scolaire chez les élèves ayant un TDA/H.
Ces stratégies doivent tenir compte des caractéristiques cognitives et comportementales du TDA/H.
Les stratégies visant à répondre à des besoins scolaires particuliers
(par exemple, stratégies d’étude, habiletés de lecture et d’écriture)
peuvent être utilisées de manière à réduire la charge cognitive
imposée sur la mémoire de travail des élèves
(par exemple, appui pédagogique, aides à l’enseignement, outils habilitants)
et à favoriser une participation cognitive de haut niveau. 

Tannock, Martinussen et Chaban, 12 avril 2005