Formation pour parents « Au coeur du TDA/H » à Seraing 23/4, 30/4, 14/5 et 21/5

image1
10% de réduction pour les membres de l’asbl http://www.tdah.be en ordre de cotisation.

Publicités

« TDA/H et alimentation » le 23 novembre à Namur

profiltdah-4
CEP_Horiz_web
« TDAH et alimentation »
,

Une matinée d’information le 23 novembre 2019

En collaboration avec http://www.tdah.be

Présentation

Le CEP propose, le samedi 23 novembre 2019, une matinée d’information sur le thème de l’alimentation équilibrée et le trouble de déficit d’attention et d’hyperactivité. Une attention particulière sera portée sur les collations, les boissons et les additifs alimentaires.

Suite à une étude qualitative menée dans le cadre d’un mémoire en faculté de santé publique à l’Université Catholique de Louvain (2017), il en ressort que l’alimentation reste une préoccupation dans la prise en charge d’un patient avec un TDAH. Adopter une alimentation équilibrée, saine et variée reste un élément indispensable à la santé de tous.

La difficulté aujourd’hui, c’est l’abondance des messages santé trop souvent réducteurs et peu compris par le public. Pour le patient et son entourage, faire ses courses, cuisiner sont un vrai casse-tête.

A la fin de ce séminaire, le participant sera capable de faire des choix judicieux pour sa santé. Il arrivera à déchiffrer les étiquettes nutritionnelles de ses aliments. Il recevra des astuces et des conseils pratiques pour manger mieux au quotidien. Choisir des collations et des boissons saines sera de la tarte !

L’utilisation de différents outils en éducation pour la santé permettra de casser certaines idées reçues en lien avec l’alimentation et le TDAH.

Public

Elle s’adresse à toute personne désirant en savoir un peu plus sur le domaine de l’alimentation en lien avec le trouble de déficit d’attention et d’hyperactivité– 15 participants maximum. Le Centre d’Education du Patient se réserve le droit d’annuler la formation si le nombre minimal d’inscrit n’est pas atteint.

Animateur

Elodie De Jode, diététicienne au Centre d’Education du Patient.

Informations pratiques

Où ? Créagora rue de Fernelmont, 40 – Namur

Coût ? 30 euros
10% de réduction pour les membres de www.tdah.be en ordre de cotisation

Code de la formation ? 2019/08

Quand ? 23/11/ 2019 de 9h à 12h

Inscription : Cliquez ici

centre@educationdupatient.be

Vers le CEB, booste ta méthode de travail

53169431_1073988149469199_3747195606678896640_o.jpg

Apprendre à apprendre : stratégies et outils pour booster

ton efficacité dans tes apprentissages scolaires !

Tournai, du 8 au 10 avril 2019,

de 9h à 12h15 pour les élèves de 5ème et 6ème primaires

et de 14h à 17h15 pour les élèves du secondaire

Le stage Booster tes apprentissages de Pâques 2019 est ouvert à tous les enfants qui sont en 5ème et 6ème primaires (matinées : 9h-12h15) et en secondaire (après-midis : 14h-17h15).


Nous allons aborder les notions suivantes :

  • S’intégrer dans un groupe de jeunes que l’on ne connaît pas.

  • Apprendre à prendre conscience de ses émotions et les partager dans le groupe dans le respect de chacun.
  • Prendre conscience de sa méthode de travail et de ses éventuelles failles.

  • Découvrir et expérimenter les gestes mentaux mis en œuvre dans les apprentissages : l’attention et la mémorisation – avec découverte d’outils- la réflexion, la compréhension et l’imagination.
  • Comprendre le fonctionnement du cerveau dans les apprentissages et ses besoins (cerveau triunique de Mc Lean, importance des réactivations, hygiène de vie…).
  • S’initier aux mandala cognitif, mind mapping (carte mentale), sketchnote, Pleine Conscience et Brain Gym.

tout cela dans une ambiance détendue et positive!

Les enfants viendront avec leur collation et de quoi écrire.


Accueil à partir de 8h45 le matin pour les élèves du primaire (fin à 12h15) et à partir de 13h45 l’après-midi, pour les élèves du secondaire (fin à 17h15).

Lieu : Tournai, l’adresse complète sera communiquée à la confirmation de l’inscription.

Dates : du lundi 8/04/2019 au mercredi 10/04/2019

Le montant de l’inscription se monte à 120 euros par personne. Possibilité d’attestation pour votre mutuelle ou employeur s’il y a une prise en charge. Si vous en souhaitez une, merci de m’en faire part dès l’inscription, elle sera prête pour le premier jour de stage !
10% de réduction pour les membres de http://www.tdah.be en ordre de cotisation

Pour le confort de tous et une participation optimale, le nombre de places est limité à 10.

La réservation est prise en compte dès le versement du montant de l’inscription et le retour du dossier d’inscription.

Informations complémentaires et inscriptions : martinedinon@hotmail.com

AFFICHE Je booste avril 2019
Booster ses apprentissages

Témoignage de parent : l’espoir fait vivre

profiltdah-4
L’espoir fait vivre

J’ai un fils de 14 ans et deux filles de 11 et 6 ans.
Depuis toujours nous nous sommes posés des questions quant à la personnalité de notre fille de 11 ans, son comportement différent, ses réactions hors normes par rapport aux enfants de son âge …
Tout bébé déjà, elle était différente. Toujours en excitation en tout, elle avait la bougeotte.
A l’école maternelle, ce fut la catastrophe.
L’enseignante de ses débuts était perdue avec cet enfant qu’elle n’arrivait pas à motiver, à captiver pendant que les autres enfants écoutaient bien sagement les histoires, les consignes, participaient aux activités, notre petite Aline était ailleurs, dans sa bulle, ne comprenait rien à rien et finissait par se retirer dans son coin.
A l’époque, son langage présentait quelques troubles et son comportement était inadéquat (elle se prenait pour un animal, notamment le roi lion qui l’avait marqué depuis le film de Walt Disney).
Elle baragouinait tout le temps, mais le message était bien souvent incompréhensible sauf pour moi, sa maman. Elle avait fréquemment des gestes animaux, marchait souvent à quatre pattes, poussait des cris, vivait dans sa bulle.
Bien vite le centre PMS de l’école s’est proposé à lui faire passer les tests qui s’imposent (sur conseil de l’enseignante et notre accord car quelque chose n’allait pas!).
Au niveau QI, aucun problème, mais le langage devait être « apprivoisé » et les comportements « canalisés ». Elle a donc été suivie par une logopède pendant plusieurs années, qui soupirait souvent de ne pouvoir pas bien avancer avec elle. Cette logopède me disait qu’elle était constamment distraite, dans sa bulle, qu’elle avait un grand besoin de parler, mais finalement pour ne rien dire. Cette personne est la première à m’avoir dit que cet enfant était sans doute TDA/H.
Nous avons abandonné la logopédie faute de résultats probants, et nous sommes tournés vers des pédopsychiatres en tout genre (attention : consultation de 4 personnes en tout). Mais n’avons jamais obtenus aucune réponse satisfaisante à nos profondes questions ! Alors abandon. Nous sommes allés lui faite suivre tout une série de tests à l’hôpital X à Bruxelles, pour enfin savoir ce qui n’allait pas chez elle. Résultat : une enfant hyper émotive, plus sensible que d’autres dans l’affectif dû sans doute à l’hérédité du côté de son papa (famille dépressive toute l’année du côté de sa grand-mère, tous hypocondriaques, l’oncle maternel de mon mari se suicide après un échec sentimental, son propre frère devenu alcoolique, en marge de la société, épileptique, parano, mythomane et finalement décédé à 40 ans dans soi-disant un crise épileptique ou destruction des cellules du cerveau ?).
Enfin, pour notre petite fille, il ne fallait pas s’inquiéter, elle était « normale », simplement il y avait chez elle plus de « faiblesse » héréditaire et notre présence et amour allait tout arranger. Mais tout au fond de moi, avec mon coeur de mère, cette réponse de « spécialistes » ne me donnait pas satisfaction, je sentais bien qu’il y avait autre chose !
Au niveau scolaire, elle a toujours connu beaucoup de difficultés, surtout dans le calcul qu’elle n’a jamais pu comprendre, et aussi la géométrie. Ces matières-là, c’est souvent du « chinois » pour elle. Les problèmes, n’en parlons pas, on dirait qu’aucun cheminement logique n’est possible pour elle et forcément elle ne parvient jamais à la solution.
Que de pleurs et d’énervements pour faire ses devoirs !
Parfois, je crois enfin qu’elle a compris, que la pièce est tombée et puis je m’aperçois que ce n’est pas vrai, que tout est à refaire, et ça dure des heures et des heures…
A l’école, elle n’a qu’une copine, c’est toujours la même depuis des années, elle ne parvient pas à s’en faire de nouvelles, car à part cette copine, bien souvent les autres enfants se moquent d’elle, de ses réponses, de ses comportements. Alors elle est triste, elle se replie, et c’est finalement grâce à cette copine qu’elle tient le coup.
Les professeurs successifs me disent tous la même chose : Aline n’est pas bête, mais dans la lune, sur sa planète, elle se demande souvent ce qu’on lui veut !
Un jour, c’est le drame, sa « seule » copine en prend une autre, et notre fille se sent triste plus que d’habitude. Moi je lui dis de s’en faire des autres, que ce n’est pas grave, que c’est normal, mais rien y fait. Justement elle n’arrive pas à se faire d’autres copines. Elle se met dans un « état dépressif » qui fait peine à voir. J’en parle à notre médecin de famille, qui me donne l’adresse d’une psychologue pour enfant. Dès le départ, le courant passe bien, elle deviennent complices en quelque sorte, même que Aline réclame son RDV, car je sens qu’elle en a besoin, elle aime cette personne et le bien qu’elle lui apporte. La psy, personne douce et gentille, me signale son manque d’attention fréquent dans les jeux, l’écoute, sa grande sensibilité, et me parle pour la première fois de dysphasie et de dyscalculie. Je me documente sur le sujet et finalement en tire la conclusion, de concert avec la psychologue qui avoue elle-même bien la comprendre, car elle-même enfant dys, qu’on ne sait rien y faire, qu’elle sera toujours un peu différente, mais qu’elle fera comme tout le monde son bout de chemin, avec ses difficultés.
Nous nous disons : bien sûr qu’elle ne fera pas de grandes études, par exemple, mais l’important est de la diriger assez vite, après les primaires vers un métier qui lui colle et lequel ?
Qu’elle soit heureuse, c’est l’essentiel ! Alors de nouveau abandon de la psychologie.
Au niveau scolaire, elle a redoublé sa 4ème année, en concertation avec parents et profs, car depuis trop longtemps, nous sentions tous qu’elle traînait le boulet, et qu’une année doublée lui permettrait de recharger les batteries.
En effet, cela a été bénéfique sur sa scolarité, cela l’encourage, d’autant plus qu’elle est avec des enfants plus jeunes qui se moquent moins d’elle.
Une constatation générale : « on dirait qu’elle ne veut pas grandir »! Je suis témoin à la maison, et cela me fait mal, de voir que son frère, sa soeur se moquent de ce qu’elle dit, car c’est bien souvent hors propos.
Au niveau de son parler, elle a beaucoup de mal à faire passer ce qu’elle veut dire, elle bafouille avec les mots et la construction de sa phrase, au niveau compréhension, elle ne comprend pas comme les autres et moi sa maman, à force de, je sais les mots à utiliser pour l’aider, car la compréhension de beaucoup de mots de vocabulaire, même « accessibles » pour son âge fait défaut. Souvent, lorsque peinée ou frustrée, elle « s’angoisse » et devient « excessive » : elle se met à parler comme un bébé, roule des yeux, devient même agressive, crie plus fort, pleure plus fort, parfois frappe de main légère son frère et sa soeur. Dans ses moments de joie, elle rit aussi plus fort que les autres, on dirait que la sonorité doit pour elle être amplifiée pour exprimer son émotion. C’est parfois dérangeant. Au niveau des responsabilités, je suis avec elle bien plus prudente que je ne l’étais avec son frère aîné, pour traverser la rue, par exemple, jamais je n’oserais la laisser seule (elle a 12 ans dans 2 mois), car je « sens » que je « crains » de trop. Elle n’est pas prête pour ce genre de choses. Enfin, je pourrais encore vous en dire tant …

Lorsque j’ai consulté votre site, tout de suite j’ai été absorbée par le sujet, car il me semble qu’il nous « colle » terriblement, en ce qui concerne ma fille et finalement, c’est évident, mon époux, avec qui j’ai toujours connu des difficultés relationnelles, des comportements inadéquats devant diverses situations, l’impression personnelle et profonde que pour lui aussi, depuis notre rencontre, quelque chose n’allait pas.
En fait, je me suis toujours posée la question du pourquoi il n’est pas, et n’a jamais été comme les autres hommes. Et parfois, j’avoue, j’ai « honte » de lui quand on se trouve parmi un groupe de gens que intellectuellement parlant, ont fait leur chemin.
IL objecte sans cesse dans les conversations, parle fort, coupe la parole à tout bout de champ, appuie ce qu’il dit, même si objectivement il a tort, discutant par exemple d’un sujet pour dans lequel les « autres » sont spécialistes et savent de quoi ils parlent.
Lui est souvent « à côté de la plaque » et ne s’en aperçoit pas, et insiste! Tout cela me met mal à l’aise, je l’avoue.
Pour ses enfants, il croit qu’il est le père idéal, car pour lui gagner sa vie pour que les enfants ne manquent de rien (et moi aussi), c’est suffisant. Moi je vois les choses autrement : un père doit être présent, s’occuper de ses enfants, les câliner, les occuper, leur parler, les écouter. Pas tout le temps, j’en conviens, car fatigue du travail, mais quand même, un peu de « présence » serait quand même plus normale ou alors pourquoi avoir fait des enfants ?
J’ai toujours le sentiment qu’il ne veut pas grandir, qu’il est « un enfant de plus » (j’en ai donc 4 en tout!). Et qu’il a tant besoin de moi, en tout, que sans moi il n’est plus rien, il me l’a dit si souvent.
En bref, je pense et j’observe qu’il n’arrive pas à trouver sa place à bien des niveaux : affectif, professionnel, matériel, en tant que père, pour prendre des décisions. Il n’arrive donc pas à « se responsabiliser », à prendre sa place d’adulte comme il se doit. Il en résulte donc une personnalité bizarre, en marge dans ses réactions et comportements.
Chez lui, tout est aussi très excessif : ses moments de joie sont démesurément manifestés et ses peines frisent à chaque fois la dépression. Si, par exemple, je lui impose un non, si je lui fait remarquer que ceci ou cela n’est pas « bien », si je le lui fait remarquer ceci ou cela « pour son bien », au lieu d’argumenter pour faire part de son point de vue et en débattre, il « prend la fuite ». Alors, il s’isole, boude,ne s’occupe plus de rien, même de ses enfants, se sent rejeté, incompris … et finalement, moi, à côté qui m’épuise à vouloir l’aider et vouloir l’aimer. Souvent je pense l’excuser et essayer de le comprendre de part son vécu d’enfant et d’ado, entourés de gens « hors normes », au réaction bizarres, tous « malades » psychologiques, je suis désolée, mais c’est flagrant ! Lui-même avoue que sa famille est et à toujours été différente, pas très saine d’idées, aux réactions et comportements bizarres, et le déplore.
Bref, ces derniers mois, cela devient tout simplement « insupportable » pour moi, il m’épuise, il me presse comme un citron, j’attends de lui plus de « normalité », plus d’amour normal exprimé pour moi et les enfants. Mais rien n’y fait, il se met de plus en plus « de côté » et je lui reproche de vivre « à côté » de nous, en ne se souciant plus que de ses propres intérêts et passions. Exemple : il a une passion exacerbée pour tout ce qui est voiture et une marque en particulier. Je n’y vois pas de trop d’inconvénients, sauf que je trouve anormal de s’en préoccuper autant que pour un enfant ! Il la chouchoute, sa voiture, est un abonné des car-wash et du garagiste (sans doute son meilleur client!). Quand je lui dit qu’il exagère, que nous aussi nous avons besoin de sa présence, qu’il vaut mieux passer le temps en famille, avec les enfants, il ne comprend pas ! Je suis tombée de haut lorsqu’il m’a répondu : « Tu ne peux pas comprendre ce qui se passe entre elle et moi. Elle au moins, elle ne me dit rien, ne m’engueule pas, fait tout ce que je lui demande, j’appuie sur la pédale et elle va plus vite (il adore la vitesse, je trouve cela affreux quand on est en famille), enfin tu ne peux pas comprendre que c’est de l’AMOUR ! Et bien NON, je ne peux pas comprendre cela !
D’autres exemples de son comportement : la maison = fauteuil/TV, si je le lui reproche (car je suis désolée, nous avons 3 enfants à élever, un commerce à faire fructifier, une maison inachevée au niveau travaux …),donc d’autres choses à faire de constructif, il me semble, il se brusque et prend la poudre d’escampette, soit il va dormir sans dire au revoir à personne, soit il trouve toute les excuses possibles pour aller Dieu sait où pour éviter de rester à la maison en famille. Souvent même, quand il est dans ses « bouderies », il sait rester des week-end entiers (2 jours) scotché-étendu dans le divan et TV oblige, même si il s’endort. Cela me tue ! Ce qui nous sépare aussi, c’est le niveau études, moi ayant suivi des études supérieures et lui se retrouvant ado à l’apprentissage.
IL y a une dizaine d’années, nous avons repris un commerce en gros sur sa volonté (moi j’avais un autre boulot dans mon genre et j’ai longuement hésité à abandonner pour réaliser son souhait), donc en fait il est chef d’entreprise, mais n’en prend aucune responsabilité profonde. Bien sur, il « fait son boulot », comme il dit, il fournit la clientèle avec son petit camion, mais après, pour lui, c’est fini. Pour tout ce qui est administratif, comptable, bancaire … Je suis là et il le sait ! Et il ne trouve pas cela normal de se tourner vers de telle préoccupations, alors que finalement, c’est lui le gérant, le chef d’entreprise, je ne suis qu’une aidante. J’aime mon boulot, ce n’est pas le problème, je le fait avec coeur, je me sens moi responsable d’aller vers un mieux, mais je déplore le fait que lui ne s’en préoccupe pas, pas tout le temps, j’en conviens, mais quand même un peu, pour ne pas se retrouver « dans le gaz », si jamais je n’étais pas là, absente ou malade, qui sait. Son comptable, qui peut se le permettre parce que avant tout un ami, nous a déjà tellement dit que si je n’étais pas là, le commerce serait déjà bien fini depuis longtemps. Autre fait : depuis bien longtemps, j’ai remarqué que le calcul, la logique mathématique, les comptes, la logique administrative… ne sont pas sa tasse de thé. IL me dit que cela l’énerve, il se sent sans doute gêné de m’avouer qu’il n’y comprend rien en fait. J’ai déjà plus d’une fois « expérimenté » ses capacités dans ce domaine et je m’étonne de voir qu’en fait on dirait qu’on ne parle pas le même langue dans le domaine de la logique. C’est très déroutant pour moi !
Bref, je suis avec lui, toujours mal à l’aise, c’est comme si j’avais à côté de moi un petit gamin, et que je dois jouer à la maman. Sans moi, il est perdu, à bien des niveaux, et je me sens donc avec lui responsable de sa sécurité et de son bonheur. Quelque part enchaînée !
Au début de notre relation, toute ma famille, mes amis m’ont toujours dit : attention, ce n’est pas un garçon pour toi !
Mes parents ont tout fait pour me dissuader de poursuivre avec lui, car trop différent de moi, voire à l’opposé de moi à tout point de vue, mais moi je sentais qu’autre chose de bien plus fort que nos différences nous unissait et j’ai donc fait mon choix. Aujourd’hui, je me demande si j’aurais pas mieux fait d’écouter ma famille, car malgré « tout le bien », toute l’aide, tout encouragement que je lui ai toujours manifestés, lorsqu’il me dit notamment qu’il est et a toujours été un nul, même pour ses parents, je pense que j’ai « perdu mon temps » et qu’il est temps de « ne plus rêver »!

En reparlant de ma fille, après la lecture de votre site, un réflexion de mon mari me vient souvent à l’esprit : parfois, lorsque celle-ci est « ‘déprimée » ou a telle ou telle réaction bizarre et que moi, sa maman, m’énerve sans doute à tort, j’ai souvent entendu les paroles suivantes de mon mari : « Mais laisse la donc. Moi je comprends ce qu’elle ressent. J’étais aussi comme cela quand j’étais jeune. Tu ne peux pas comprendre ! » Mais alors si je ne peux pas comprendre, mais lui apparemment bien, pourquoi ne m’explique-t-il pas de quoi il s’agit ?! Sans doute parce ce que c’est quelque chose qui leur est commun sans doute, qu’ils vivent au plus profond d’eux-même, pour lequel il n’y a pas de mots, pas d’explications ?

Depuis que c’est devenu impossible entre nous, la grosse crise en fait, on ne se comprend plus, on s’éloigne, on se boude et fait nouveau : moi si patiente en général, qui au bout de quelques jours « plie » et revient lorsqu’il y a dispute, cela fait près de 3 mois que je suis tout autre. Je n’ai justement plus aucune patience, j’ai finalement accepté de vivre pour moi et les enfants, sans plus me soucier de ce qui va ou ne va pas pour lui, car je lâche prise. JE DOIS ME RETROUVER. C’est impératif à mon bonheur et ne pas toujours me sentir là comme disponible. De toute façon, que je fasse tout ce que peux pour lui, pour son bien, il ne le comprend pas, il ne change pas pour autant, bien qu’il ai déjà promis « de faire un effort », mais les mots sans action concrète, c’est du vent. Souvent je me dis : « le fait-il exprès ou pas ? » Et donc, si il le fait exprès (ce que je doute quand même), c’est que j’ai marié une crapule. Si c’est involontaire, et pourtant si grave, une entrave au bonheur de tous, qui est là à portée de main, mais inaccessible, c’est que forcément il y a autre chose à comprendre que serait justement ce TDA/H dont j’ai eu connaissance via votre site (MERCI). Je reviendrai sur le fait, concernant ma fille notamment, qu’après contact avec de nombreux spécialistes dans le genre psy, aucun ne pas encore parlé de cette maladie, alors qu’au regard de votre site, ce que nous vivons est tellement évident ?!?

Un dernier point et une interrogation :
« Acculé » à mon repli, se trouvant devant une personne différente d’avant (=moi), sans doute pensant que je ne l’aime plus, ce qui est totalement faux, mon époux, après de nombreuses tentatives et conseils de ma part de « consulter », à pris la décision de voir un psy, il me l’a dit, mais ne me parle jamais de ce qui se dit, je ne sais même pas qui il voit, quand il va…
Je respecte son « intimité » à ce niveau, ne pose pas de questions, de toute façon je suis arrivée au point du « advienne ce qui devra arriver, mais moi je ne me bats plus, j’ai assez donné, si il a décidé de changer, tant mieux, on verra les faits ! » Ma question est quand même la suivante : je suppose que la/le psy connaît son boulot, mais je me demande quand même qu’elle « méthode » psy est engagée avec lui, si il/elle a déjà « découvert » ce mal dont il souffre, et si pas, si il/elle était « à côté de la plaque » et perd son temps (comme moi). Permettez-moi d’en douter ! Voyez le cheminement avec notre fille, des spécialistes qui « n’ont vu que du feu ». Alors que dois-je faire, intervenir et le mettre au courant de ce que je viens de découvrir ou laisser faire et voir ? Merci de me conseiller.

Voilà, cette longue histoire s’achève. J’ai été longue, j’en conviens, mais si vous saviez à quel point tout ceci m’interpelle, me remue, hante ma vie et mes pensées, nourri mes multiples interrogations quotidiennes.
A lire votre site, je crois enfin avoir pu mettre un nom sur ce qui nous arrive, cela me permet, et c’est important, de :
– savoir que je ne suis pas seule
– qu’il existe bel et bien des pistes pour les et m’aider
– qu’il ne faut donc jamais désespérer, bien que de ces temps-ci, j’ai un peu « baissé les bras »
– que, sans doute, ma « sacro-sainte autoculpabilité » de toujours envers ces deux êtres qui me sont si chers peut enfin disparaître (« mais qu’est-ce que j’ai encore bien pu faire pour les mettre dans un tel état, pour qu’ils soient si tristes …? »),et que l’énergie que je pourrai maintenant déployer pourra être utile, et porter ses fruits. Enfin j’espère tout çà, de tout coeur, car je me sens tellement malheureuse d’avoir du baisser les bras pour quelque part trouver la paix, enfin je vois les choses comme çà.

Encore un grand merci pour votre site, c’est tellement « humain », il jette du baume au coeur à tous ceux qui le consultent et se sentent interpellés, j’en suis sûre !
Il donne de l’espoir et l’ESPOIR FAIT VIVRE !.

 

Copyright © TDA/H Belgique asbl – http://www.tdah.be – All Rights Reserved.

Conférence « N’Être parent : galère ou cadeau ? »

profiltdah-4

Conférence
« N’Être parent : galère ou cadeau ? »

Vous avez tout essayé, plus rien ne marche ?
Vous êtes perdu dans ce rôle de parent ?
Vous êtes au bord de l’épuisement ?
Vous êtes en mode survie, combat ?
ou encore vous souhaitez apprendre à être un meilleur parent ?

Et s’il vous manquait un mode d’emploi,
celui qui n’est pas glissé entre les fesses de bébé à sa naissance ?
Vous faites au mieux avec ce que vous avez reçu, appris, entendu…
Ce qui est passé, est passé, demain il y a encore tout à faire !
Prêt pour relever le défi ? Un rendez-vous à saisir ?

Partage d’un kit de l’essentiel, un mode d’emploi riche et précieux en toute simplicité, un Coup de Pouce qui motive à la mise en pratique au quotidien, un retour à l’essentiel.
Nous démarrons avec un
processus unique mis au point en 7 étapes incontournables, pour passer de la compréhension des mécanismes humains à l’action, du conflit au dialogue, de la compétition à la complémentarité, des freins à des pistes d’améliorations,
du ‘mieux vivre avec soi’ au ‘mieux vivre avec l’autre’,
pour aller ensuite vers des
invitations concrètes pour passer à l’action !

Le mardi 26 mars de 20h à 21h30 (accueil 19h30)

à Zellik (Nord-ouest de Bruxelles – à 5’ de la sortie n° 10)
accès et parking aisé
15€ (compris un carnet de bord et une affiche inspirante)
10 € pour les membres de TDA/H Belgique en ordre de cotisation

Infos et inscriptions sur www.mieuxvivreensemble.be
ariane.ansoult@edpnet.be – 0472/51.77.60

Pour Parent(s) – Grand(s)-parent(s) – Enseignants – Professionnels de l’accompagnement

Conférence 'Parents' 26032019