A partir de janvier 2019 à 1470 Bousval : Ateliers « Se sentir plus confiant face au TDA/H de son enfant »

Ateliers « Se sentir plus confiant face au TDA/H de son enfant »

Pourquoi de tels ateliers ?

Devenir parent constitue un vrai défi auquel nous ne sommes pas toujours préparés, d’autant plus si notre enfant présente des difficultés d’attention et de comportement hyperactif.

C’est la raison pour laquelle deux psychologues, Emmylou Depaepe et Florence Thiry, proposent des ateliers collectifs à destination des parents dont un enfant souffre de TDA/H. Nous sommes convaincues que le groupe est l’occasion de partager les ressentis avec d’autres personnes dans la même situation dans un cadre bienveillant et dénué de jugement.

Ces ateliers visent avant tout à augmenter votre confiance en vous en tant que parent. Divers exercices vous seront proposés pendant et entre les séances de groupe.

Comment cela se déroulera-t-il ?

Dans le courant du mois de janvier, un premier entretien individuel aura lieu avec une des deux psychologues. Cet entretien aura pour objectif d’expliquer le contenu des ateliers et d’évaluer l’adéquation de votre demande avec les ateliers proposés.

Ensuite, 4 ateliers auront lieu le lundi de 19h30 à 21h30 pendant les mois de février et mars, à un rythme de 2x/mois. Les dates seront les suivantes : 11/02/2019, 25/02/2019, 11/03/2019 et 25/03/2019.

Après les vacances de printemps, un dernier entretien individuel permettra de faire le point sur ce que le groupe vous aura apporté ainsi que sur les éventuelles pistes de suivi.

Informations pratiques

Le prix s’élève à 300€. Cela comprend les 2 entretiens individuels et les 4 ateliers. Les membres de TDA/H Belgique, en ordre de cotisation, bénéficient de 10%.

Le groupe peut accueillir de 4 à 8 participants (pas de couples).

Les entretiens individuels et les ateliers auront lieu au Centre Médico-psychologique « Le Grand Arbre » situé à Rue du Grand Arbre 1A, 1470 Bousval.

Les inscriptions se font par téléphone au 0471/37.06.86

Publicités

Les médications pour traiter le TDA/H et leur utilisation pendant la grossesse.

10428674_403012369876635_265509132790799247_n

Les médications pour traiter le TDA/H et leur utilisation pendant la grossesse.

La reconnaissance récente du TDA/H comme un trouble qui persiste tout au long de la vie et qui touche 3 à 5 % de la population laisse des centaines de femmes en âge de procréer avec des questions par rapport à l’innocuité de prendre un traitement pour traiter ce trouble pendant leur grossesse.

Traitements utilisés pour traiter le TDA/H

Jusqu’à présent, les stimulants restent le traitement de choix pour le TDA/H. Cela inclus le méthylphénidate (Rilatine, Rilatine MR, Concerta), les amphétamines (Dexedrine et adderall) et la pémoline (Cylert). En plus, les antihypertenseurs (Catapres et tenex) et les antidépresseurs tricycliques (Desipramine et Imipramine) ont toujours été des traitements de première ligne pour le traitement du TDA/H. d’autres antidépresseurs seuls ou en combinaison avec des stimulants peuvent aussi être prescrits pour traiter le TDA/H ou des affections proches. Cela inclus les SSRI (inhibiteur sélectifs de recapture de sérotonine) comme le Prozac, Zoloft et Paxil et plus récemment le Wellbutrin.

Innocuité

Lorsqu’on évalue l’innocuité de n’importe quel médicament pendant la grossesse, plusieurs questions se présentent. Est-ce que le médicament a un effet négatif sur le fœtus en développement qui débouche sur des lésions physiques ou des problèmes neurologiques, cognitifs ou comportementaux ? Est-ce que le médicament prédispose les mères à un accouchement prématuré ou à la naissance d’enfants de petit poids ? Est-ce que la prise de médicament au cours de la grossesse provoque un état de manque chez le nouveau-né lorsqu’il n’est plus exposé au médicament ? Est-ce qu’il y a d’autres effets à long terme suite à l’exposition avant la naissance ?

La réponse à ces questions n’est pas toujours évidente. Les études sur humains peuvent poser des problèmes éthiques alors que les études sur animaux ne sont pas des solutions parfaites. Les dosent administrées aux animaux de laboratoire dépassent de beaucoup les doses habituellement utilisées chez l’adulte, ne permettant donc pas une généralisation à la femme enceinte.

Données disponibles

Jusqu’à présent, aucune étude contrôlée conçue pour étudier l’innocuité de l’utilisation de stimulants dans une population de femmes enceintes n’a été entreprise. Cependant, la question de savoir si les amphétamines causent des problèmes à leur progéniture a été évaluée dans des études sur animaux et dans plusieurs études portant sur des femmes accros aux amphétamines et à d’autres drogues.

Amphétamines

Dans des études sur animaux, des problèmes cardiaques ont été rapportés dans la descendance de souris ayant reçu une dose d’amphétamines 41 fois plus élevée que la dose habituelle chez l’homme. Cependant, aucun effet négatif n’a été rapporté dans la progéniture de lapins ayant reçu 7 fois la dose utilisée chez l’homme ou chez des rats ayant reçu 12.5 fois la dose maximale utilisée chez l’homme.

De nombreuses études portent sur le cas d’enfants dont les mères ont pris des amphétamines pendant le premier trimestre de leur grossesse ou tout au long de celle-ci. Les femmes en question prenaient des amphétamines comme coupe-faim ou étaient accros aux amphétamines. Ces études sont résumées dans le livre « drogue pendant la grossesse et l’allaitement- un guide de référence pour les risques fœtaux ou néonataux, 4 ème édition par Briggs, Freeman et Yaffe publié par Williams et Wilkins (Baltimore, 1994, p 44a-51a).

Une de ces études porte sur 52 mères ayant été exposées à la Dexédrine et 50 non-exposées. Aucune anomalie cardiaque n’a été trouvée dans les deux groupes. Cependant, lorsque ces enfants exposés à la Dexédrine ont été suivi trois ans plus tard, les chercheurs ont mis en évidence des problèmes cardiaques dans cette population.

A l’heure actuelle, en étudiant toutes ces données, la recommandation qui prévaut est que les amphétamines devraient être utilisées chez la femme enceinte quand le bénéfice potentiel pour la mère dépasse le risque pour le fœtus.

Méthylphénidate

Aucune étude satisfaisante n’a été menée sur modèles animaux concernant l’effet du méthylphénidate pendant la grossesse ou l’allaitement. On ne sait donc pas à l’heure actuelle si le méthylphénidate cause des problèmes au fœtus lorsqu’il est consommé par des femmes enceintes. Plusieurs études ont cependant été consacrées aux cas d’enfants ayant été exposé au méthylphénidate pendant la grossesse. Dans une étude réalisée par le «Collaborative perinatal project » qui impliquait 3082 paires mère-enfant, 11 mères avaient été pris du méthylphénidate sans conséquence néfaste sur leurs enfants. Un deuxième groupe a été identifié en 1993. Sur 13 nouveau-nés de ce groupe, un présentait un problème cardiaque. De plus, un cas d’utilisation abusive du méthylphénidate par voie intraveineuse pendant la grossesse a été rapporté. Dans ce cas, l’abus du médicament a été associé à une naissance prématurée, un retard de croissance et un état de manque à la naissance mais aucune malformation ou retard de croissance n’a été observé par la suite chez l’enfant.

Antidépresseurs

Tricycliques

L’utilisation d’antidépresseurs tricycliques n’est pas recommandée pendant la grossesse car des cas isolés d’anomalies congénitales ont été rapportés sans qu’on puisse établir un lien de cause à effet.

Inhibiteurs sélectifs de recapture de sérotonine (SSRI)

Les résultats d’une première étude prospective de l’effet des SSRI (Levox, Paxil, Zoloft) sxur le fœtus in utero ont été publiés récemment. Dans cette étude, 267 femmes de 9 centres médicaux qui avaient appris qu’elles étaient enceintes alors qu’elles prenaient un SSRI ont été comparées à 267 femmes n’ayant pas été exposées à des substances susceptibles de poser problèmes pendant la grossesse. Aucune différence n’a pu être notée entre les femmes ayant pris un SSRI pendant le premier trimestre de leur grossesse et les autres. Il en a été conclu que ces médicaments employés aux doses recommandées ne provoquaient pas d’augmentation du risque de malformation majeur. Il n’y avait pas non plus d’augmentation du risque de fausse-couche, d’enfant mort-né ou de naissance prématurée. Ces résultats sont en accord avec des études précédentes et des essais sur animaux réalisés avec le Prozac . Cette étude ne s’est pas penchée sur le comportement des enfants plus tard. Des études précédentes ont montré un lien entre l’exposition fœtale au Prozac et des anomalies du comportement par la suite.

Antihypertenseurs

Clonidine

Des études réalisées sur le lapin à des doses trois fois plus importantes que la dose maximale recommandée chez l’homme n’a montré aucune preuve de problème sur la progéniture. Aucune étude réalisée dans de bonnes conditions n’a été menée chez la femme enceinte mais, comme les essais sur animaux ne sont pas toujours extrapolables aux humains, ce médicament n’est pas recommandé pendant la grossesse.

Médication pendant l’allaitement maternel

Les informations récentes montrent que les amphétamines sont concentrées dans le lait maternel et peuvent causer des problèmes d’addiction et d’état de manque. Il est donc déconseillé d’utiliser ces médicaments pendant l’allaitement. Le Wellbutrin est aussi secrété dans le lait et ne devrait pas être pris par des femmes qui allaitent à cause du risque de réaction sérieux chez l’enfant. Il en est de même du Prozac. On ne sait pas si le Zoloft est secrété dans le lait mais à cause de cette possibilité, il faut être prudent avec ce médicament si on allaite. Une étude récente a montré que les mères qui prenaient du Paxil ne présentaient pas de trace détectable du médicament dans leur sang alors que de faibles concentrations étaient retrouvées dans le lait. Ces enfants ne présentaient pas selon leurs parents et leur pédiatre d’effets indésirables. Comme la Clonidine (Catapres) est excrétée dans le lait humain, il faut être prudent lorsqu’on l’administre à des femmes allaitantes.

Comme pour chaque traitement, les « pours » et les « contres » doivent être discuté par le médecin prescripteur avec sa patiente avant de s’embarquer sur la voie d’un traitement. Dans le cas où la patiente est ou pourrait être enceinte, le risque pour le fœtus en développement doit être pris en considération.

Beaucoup de femmes souffrant de TDAH expliquent que pendant leur grossesse avec les hauts taux d’œstrogènes et l’augmentation du sentiment de bine être, elles se sentent bien et fonctionnent de manière optimale sans médication. Un traitement stimulant peut donc ne pas être nécessaire pendant cette période et l’utilisation continue d’antidépresseurs doit aussi être discuté. Pour les autres femmes qui pourraient toujours avoir besoin d’un traitement pour fonctionner, on recommande une franche discussion avec leur famille et leur thérapeute. Si elles choisissent de renoncer à leur traitement pendant leur grossesse, elles doivent prendre du temps pour s’assurer qu’elles fonctionnent bien afin de vivre une grossesse en bonne santé. Les femmes souffrant de TDAH doivent prendre des mesures complémentaires pour s’assurer de mener une vie « en douceur » pendant cette période. Elles doivent privilégier une réduction du stress lorsque c’est possible, prendre plus de temps pour elles, augmenter la structuration de leur vie. Faire appel à une baby-sitter pour les jeunes enfants, se faire aider pour le ménage et les lessives peut aider à garder une bonne organisation et que tout se passe sans heurts. Travailler avec un coach ou un thérapeute peut aussi être important à considérer.

Après l’arrivée du bébé, elles auront aussi besoin d’aide. Prévoir une aide supplémentaire ou renoncer à l’allaitement maternel afin de pouvoir reprendre leur médication sont deux options à discuter avec le thérapeute et le pédiatre du bébé. Souvenez-vous qu’une maman calme peut être plus importante pour le bébé et le reste de la famille qu’une maman qui allaite son nouvel enfant.

Nous espérons que cet article aidera les femmes dans leurs discussions avec leur médecin et qu’elles seront mieux informées afin de décider du bénéfice de continuer ou pas à traiter les symptômes de leur TDAH. Il ne doit cependant jamais remplacé un avis médical. La décision de prendre des médicaments pendant la grossesse peut avoir de sévères conséquences et ne doit se faire qu’après discussion avec le médecin qui peut donner un avis basé sur la connaissance des antécédents uniques de chaque femme et son état de santé actuel ainsi que des circonstances.

Traduction pour TDA/H Belgique de « Medication Use during Pregnancy: A Concern for Women with AD/HD » by David W. Goodman, MD and Patricia O. Quinn, MD inUnderstanding Women with AD/HD , Kathleen Nadeau, Ph.D. and Patricia Quinn, MD

(Eds.) copyright 2002, Advantage Books.

Troubles d’apprentissage : ateliers de groupes participatifs « orientés solutions » à 7301 Hornu

Troubles d’apprentissage : ateliers de groupes participatifs « orientés solutions »
au Centre Thérapeutique du Hainaut – Avenue Biesman, 21 à 7301 Hornu
à partir de décembre 2018
Pour plus d’informations et inscriptions : joelle.polidori@gmail.com

Les membres de l’association TDA/H Belgique en ordre de cotisation bénéficient d’une réduction de 10%.

IMG_0184.jpg

Péruwelz 30 novembre 2018 12h00 – 14h00 « Élève Dys, TDA/H, H … Que faire ? Psychologue

Péruwelz 30 novembre 2018 12h00 – 14h00

« Élève ‘‘dys-lexique/-calculique/…’’ – ‘‘ Trouble Déficitaire de l’Attention/Hyperactivité ’’ – ‘‘ Haut Potentiel ’’, … Que faire ? »

Animé par Mme Dinon Martine. Psychologue

45733540_2311608812242468_8830740227032088576_n

Ateliers TDA/H pour parents « Comprendre et intervenir à la maison » dans la région namuroise

43141152_1875571449203683_5680009741183483904_o
Diapositive2

Pour inscriptions et informations supplémentaires www.espace-diabolo.be

10% de réduction pour les membres de www.tdah.be en ordre de cotisation.

FullSizeRenderTDA/H : Propositions d’aménagements à mettre en place en classe selon les difficultés de l’enfant
Guide à l’intention des centres PMS, des services PSE et des enseignants de l’enseignement fondamental

Pour accéder à cette excellente brochure : http://archipelbw.be/content/uploads/2018/08/Guide-des-am%C3%A9nagements-scolaires.pdf

De récentes études associent le bisphénol A au TDA/H

Source de l’article : https://www.abcsante.be/fr/news/le_bpa_associ%C3%A9_au_tda/h%2C_et_plus_encore%E2%80%A6/

De récentes études associent le bisphénol A au TDA/H, à des troubles neurologiques du comportement et de l’anxiété, à un poids de naissance plus petit, etc.
Le bisphénol A est omniprésent dans notre alimentation et notre environnement parce qu’il est utilisé dans la production de matières artificielles, et, entre autres, dans le revêtement des boîtes de conserve. Mais également dans presque tous les plastiques, même jusqu’aux tickets de caisse…
Il s’agit d’une des matières les plus produites dans le monde (8 millions de tonnes en 2016). Et ce malgré le danger que le bisphénol A représente en tant que perturbateur endocrinien (il imite l’oestrogène), avec l’impact funeste qu’il a sur le cycle hormonal et la stérilité chez l’homme et l’animal, un fait connu depuis longtemps. Mais de récentes études associent aussi le bisphénol A à des troubles du cerveau.

Une exposition prénatale n’engendrerait pas seulement un poids de naissance plus petit, mais perturberait aussi le développement cérébral du foetus. Le bisphénol A traverse facilement les barrières, il pénètre donc dans le placenta et se retrouve aussi dans le lait maternel en cas d’allaitement. Donc, même après la naissance, les bébés sont encore souvent surexposés à cette substance toxique. Ce, via l’allaitement, le plastique qui compose les biberons et les tétines.

Sources:
Rochester JR et al. Prenatal exposure to bisphenol A and hyperactivity in children: a systematic review and meta-analysis. Environment International 2018; 114: 343-356.
Haibin YL et al. Relationship between bisphenol A exposure and attention-deficit/ hyperactivity disorder: A case-control study for primary school children in Guangzhou, China. Environmental Pollution 2018; 235: 141-149
Tewara S et al. Association of Bisphenol A exposure and Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder in a national sample of U.S. children. Environmental Res 2016; 150: 112-118
Stacya SL et al. Early life bisphenol A exposure and neurobehavior at 8 years of age: Identifying windows of heightened vulnerability. Environment International 2017; 107:258-265.
Zhanga X-J et al. The association between prenatal bisphenol A exposure and birth weight: a meta-analysis. Reprod Toxicol 2018; 79: 21-31.
Acevedo N et al. Perinatal BPA exposure and reproductive axis function in CD-1 mice. Reprod Toxicol 2018; 79: 39-46