À l’école de ton choix avec un handicap Les aménagements raisonnables dans l’enseignement

Le Centre pour l’Egalité des Chances publie une brochure sur les aménagements raisonnables dans l’enseignement tant pour les élèves en situation de handicap, que pour les élèves atteints de maladies chroniques, de troubles de l’apprentissage (dyslexie, dyscalculie…), de troubles de l’attention (TDA/H) et du comportement. Cette brochure fait le point sur ce qu’est un aménagement raisonnable, sur les démarches à suivre pour les demander à l’école et sur les recours possibles.

Pour consulter la brochure « À l’école de ton choix avec un handicap Les aménagements raisonnables dans l’enseignement » cliquez ici.

L’asbl TDA/H Belgique sur internet

Nouveau logo

Site : http://www.tdah.be

Brochures : http://www.tdah.be/tdah/documentation/brochures

Blog : https://tdahbe.wordpress.com/

Pinterest : https://www.pinterest.com/TDAHBelgique/

Facebook : https://www.facebook.com/tdah.belgique

Livre « TDA/H, mode d’emploi » écrit par Pascale De Coster, fondatrice de www.tdah.be : comment vous le procurer ?

EB5046_alarescousse_TDAH_cvr_erasme_LR

Nous sommes très heureux de vous annoncer la sortie du livre « TDA/H, mode d’emploi » dont l’auteure Pascale De Coster est la fondatrice de l’asbl http://www.tdah.be.

Vivre avec le Trouble Déficitaire de l’attention avec ou sans Hyperactivité au quotidien : un outil vivant et pratique qui vous aidera à mieux faire face à ce trouble au quotidien.

Chaque enfant atteint de TDA/H est unique, tout comme chaque parent…

Il ne saurait donc y avoir une méthode d’éducation universelle et adéquate pour tous.

Vous trouverez dans cet ouvrage des stratégies, des outils, des pistes, … que chacun adaptera en fonction de l’enfant, de son âge, de ses symptômes, des circonstances etc.

C’est parce qu’élever un enfant atteint de TDA/H est un travail de chaque instant que vous, ses parents, méritez toute notre admiration !

Pour le commander :

– En Belgique : Via ERASME: Internet: http://www.editionserasme.be/sitesprimaire ou par téléphone au  +32 (0)81 208680.

Il y a également moyen de l’acheter ou le commander chez votre libraire en précisant le numéro d’ISBN : 9782874383533.

– En France :Via SEDRAP: Internet: http://www.sedrap.fr/frontoffice/catalogues/cata_elem_sedrap_2015/HTML/#64  ou par tel au +32 (0)81 208680 ou au +33 (0) 561436243.

Il est également possible de le commander chez votre libraire en précisant le numéro d’ISBN : 9782874383533.

Vous pouvez également l’acheter directement dans une des librairies suivantes :

LIBRAIRIE ADRESSE CP LOCALITE Tel  EMAIL Site
LIBRAIRIE POLYTECHNIQUE PLACE DES MARTYRS 15 1000 BRUXELLES 02 217 56 47 librairiepolytechnique@skynet.be http://www.librairiepolytechnique.be
LA LIBRAIRIE EUROPEENNE S.A RUE DE L’ORME 1 1040 BRUXELLES 02 231 04 35 info@libeurop.eu www.libeurop.eu
LA LIBRAIRIE DU MIDI BOULEVARD POINCARE 75 1070 BRUXELLES 02 521 68 99 info@librairiedumidi.be www.librairiedumidi.be
FULL LINE S.A AVENUE CHARLES-QUINT 88 1083 BRUXELLES 02 420 19 20 info@full-line.be http://www.full-line.be
ETABLISSEMENTS FREDERIX CHAUSSEE DE VILVORDE 80/3 1120 BRUXELLES 02 411 74 70 ets-frederix@skynet.be www.ets-frederix.be
LIBRAIRIE U.O.P.C. AVENUE GUSTAVE DEMEY 14-16 1160 BRUXELLES 02 648 96 89 commandes@uopc.be www.uopc.be
A.Z. BOUQUINS CHAUSSEE D’ALSEMBERG 711 1180 BRUXELLES 02 343 77 50 azbouquins@yahoo.fr  
A LIVRE OUVERT-LE RAT CONTEUR RUE SAINT-LAMBERT 116 1200 BRUXELLES 02 762 98 76 yves@alivreouvert.be http://www.alivreouvert.be
Librairie Despontin – MyStock RUE DU CHEMIN DE FER 10 1300 WAVRE 010 22 28 49 http://www.librairie-despontin.be  
LIBRAIRIE DE LA MAZERINE SQUARE MARIE POULI 1A 1310 LA HULPE 02 653 14 58 lamazerine@skynet.be www.lamazerine.com
LE PETIT BOUQUINEUR RUE DES FUSILLES 2 1340 OTTIGNIES 010 41 75 30 petit.bouquineur@skynet.be www.petitbouquineur.be
LIBRIS AGORA LOUVAIN-LA-NEUVE PLACE AGORA 11 1348 LOUVAIN-LA-NEUVE 010 45 28 18 lln@libris-agora.com http://www.librisagora.be
L’IVRE DE PAPIER RUE SAINT JEAN 34 1370 JODOIGNE 010 81 62 63 ivredepapier@skynet.be http://www.livredepapier.be
LIBRAIRIE AU P’TIT PRINCE SPRL RUE DE SOIGNIES 9 1400 NIVELLES 067 22 09 52 info@auptitprince.be www.auptitprince.be
LIBRAIRIE GRAFFITI CHAUSSEE DE BRUXELLES 129-131 1410 WATERLOO 02 354 57 96 info@librairiegraffiti.be http://www.librairiegraffiti.be
LIBRIS AGORA LIEGE RUE DES CARMES 7B 4000 LIEGE 04 223 21 25 liege@libris-agora.com http://www.librisagora.be
LA PARENTHESE RUE DES CARMES 24 4000 LIEGE 04 222 42 66 info@laparenthese.be http://www.laparenthese.be
AU FIL D’ARIANE SPRL RUE HENRI HURARD 5 4800 VERVIERS 087 33 64 39 info@aufildariane.be www.aufildariane.be
LIBRAIRIE GERARD CHRISTIAN AVENUE DES COMBATTANTS 10 5000 NAMUR 081 74 06 59 librairie.gerard@skynet.be  
LIBRIS AGORA NAMUR RUE EMILE CUVELIER 53 5000 NAMUR 081 22 06 32 namur@libris-agora.com http://www.librisagora.be
LIBRAIRIE ANTIGONE PLACE DE L’ORNEAU 17 5030 GEMBLOUX 081 60 03 46 librairieantigone@skynet.be http://librairieantigone.skynetblogs.be
DLIVRE SPRL RUE GRANDE 67A 5500 DINANT 082 61 01 90 contact@dlivre.com www.dlivre.com
DELIRE DE LIRE RUE DU CENTRE 88 5590 CINEY 083 21 56 94 deliredelire@gmail.com http://www.deliredelire.be
LIBRAIRIE MOLIERE BOULEVARD TIROU 68 6000 CHARLEROI 071 32 89 19 contact@moliere.be http://www.moliere.com
PAPERAS AVENUE REINE ASTRID 3-5 6280 GERPINNES 071 50 27 26 info@paperas.be www.paperas.be
LIBRAIRIE SCIENTIA PASSAGE DU CENTRE 9-11-13 7000 MONS 065 31 65 62 librairie.scientia@skynet.be www.librairiescientia.eu
ECRIVAIN PUBLIC SPRL RUE DE BROUCKERE 45 7100 LA LOUVIERE 064 28 04 33 librairie-ecrivainpublic@skynet.be http://www.librairie-ecrivainpublic.be
LIBRAIRIE QUARTIER LATIN RUE GRANDE 13 7330 SAINT-GHISLAIN 065 78 54 18 melanie.holbrechts@swing.be  
LA PROCURE RUE DU CYGNE 19 7500 TOURNAI 069 23 59 70 tournai@laprocure.com  
LIBRAIRIE MELPOMENE RUE DE LA STATION 85 7700 MOUSCRON 056 34 81 57 info@melpomene.be www.melpomene.be
LIBRIS AGORA SERVICE RUE ANDRE DELZENNE 4 7800 ATH 068 27 84 70 la-service@libris-agora.com http://www.librisagora.be
LITTERATH RUE ERNEST CAMBIER 18 7800 ATH 068 84 18 46 litterath@gmail.com  
LIBRAIRIE ZIGZAG RUE DE BRUXELLES 14 7850 ENGHIEN 02 396 36 26 capucine@zigzag-livres.be http://www.zigzag-livres.be

Idée lecture : TDA/H, mode d’emploi

EB5046_alarescousse_TDAH_cvr_erasme_LR

Nous sommes très heureux de vous annoncer la sortie du livre « TDA/H, mode d’emploi » dont l’auteure Pascale De Coster est la fondatrice de l’asbl http://www.tdah.be.

Vivre avec le Trouble Déficitaire de l’attention avec ou sans Hyperactivité au quotidien : un outil vivant et pratique qui vous aidera à mieux faire face à ce trouble au quotidien.

Chaque enfant atteint de TDA/H est unique, tout comme chaque parent…

Il ne saurait donc y avoir une méthode d’éducation universelle et adéquate pour tous.

Vous trouverez dans cet ouvrage des stratégies, des outils, des pistes, … que chacun adaptera en fonction de l’enfant, de son âge, de ses symptômes, des circonstances etc.

C’est parce qu’élever un enfant atteint de TDA/H est un travail de chaque instant que vous, ses parents, méritez toute notre admiration !

Le TDA/H est une pathologie fréquente qui touche, actuellement entre 3 et 12 % des enfants et 1 et 6 % des adultes. Comme son nom l’indique, le TDA/H est un trouble. Le terme « trouble » est évoqué quand il y a souffrance d’une personne ou de son entourage, ou quand des altérations significatives du fonctionnement social, scolaire, professionnel ou familial sont mises en évidence.

Cet ouvrage abordera entre autres :

– Qui pose le diagnostic et comment ?

– Les conséquences du TDA/H

– Le TDA/H et la vie de famille

– Vivre au quotidien avec le TDA/H, …

Pour le commander :
En Belgique, au Québec, en France, en Suisse, aux Luxembourg etc.
http://www.editionserasme.be/Pub/tdah/tdah-Contact-et-commandes.html

Des adaptations pour les élèves éprouvant des besoins spécifiques lors de la passation des épreuves certificatives externes : CEB, CE1D et CESS selon certaines conditions

Des adaptations pour les élèves éprouvant des besoins spécifiques lors de la passation des épreuves certificatives externes : CEB, CE1D et CESS selon certaines conditions.
Pour lire l’article écrit par l’UFAPEC : cliquez sur le lien besoins spécifiques

Soirée d’information sur le TDA/H à Thuin

Bonjour,
Puis-je vous demander de relayer cette information : je donnerai une soirée d ‘information sur le TDA/H à Thuin durant les congés de Pâques : https://www.facebook.com/events/656249921147292/?ref_dashboard_filter=upcoming
Je vous remercie pour l’excellent travail de soutien et d’information que vous proposez aux familles.
Bien à vous,
Mme Declercq Anne-Charlotte, neuropsychologue.
0499/23.92.75.

L’hyperactivité existe, la HAS l’a rencontrée !

L’hyperactivité existe, la HAS l’a rencontrée !

Paris, le jeudi 12 février 2015 – Depuis de très nombreuses années, on le sait, le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) nourrit dans les cercles psychiatriques (et au-delà) de vives polémiques. L’existence même de ce trouble est âprement discutée. Pour certains elle ne fait aucun doute : on compterait entre 3,5 % et 5,6 % d’enfants d’âge scolaire (soit entre 135 000 et 169 000 sujets âgés de 6 à 14 ans) concernés par ce trouble, selon des chiffres publiés aujourd’hui par la Haute autorité de santé (HAS). Pour d’autres, le TDAH n’est que la manifestation de l’incapacité de la société à intégrer en son sein des enfants dont le comportement diffère peu ou prou de la norme. D’ailleurs, les pourfendeurs du TDAH relèvent pour assoir leur position que l’on trouve de très fortes différences sociales chez les enfants ainsi diagnostiqués. « Aux Etats-Unis, un enfant noir vivant dans un logement exigu avec des problèmes sociaux a 6,5 fois plus de chances d’être diagnostiqué TDAH qu’un Blanc des beaux quartiers » rappelle par exemple aujourd’hui dans les colonnes du Figaro, le docteur Patrick Landman président de l’association « Stop DSM ». Ceux qui remettent en doute l’existence du TDAH suggèrent également qu’une certaine démission des parents pourrait être à l’origine de l’explosion des diagnostics. Enfin, on ne peut passer sous silence le fait que beaucoup ont évoqué l’hypothèse selon laquelle le TDAH serait une pathologie « inventée » par les laboratoires !

Errance diagnostique

Les familles qui se sentent concernées, qui observent avec souffrance le comportement et les difficultés sociales et scolaires de leurs enfants, sont bien sûr loin de partager de telles réserves. Elles font au contraire remarquer que l’organisation des soins en France, la méconnaissance du TDAH par les médecins généralistes et la persistance de ces controverses représentent une perte de chance pour leurs enfants. L’errance diagnostique est en effet le lot d’un très grand nombre de familles : en moyenne, le diagnostic est établi vers l’âge de 9/10 ans, souvent trop tardivement pour que les conséquences scolaires et sociales puissent être totalement réparées. L’absence de diagnostic n’est également pas rare : or certains suggèrent que les enfants TDAH pourraient présenter un risque accru d’entrer dans diverses toxicomanies.

Un diagnostic complexe qui exige du temps

Face à cette situation, la HAS vient d’adopter des recommandations qui ont pour ambition de mettre fin aux interrogations et d’améliorer la prise en charge des patients et de leur famille. Publiées aujourd’hui, ces préconisations rappellent tout d’abord la difficulté du diagnostic du TDAH, d’abord parce qu’il « n’existe pas de signes neurologiques ou physiques propres », ensuite en raison de la variabilité des manifestations et du fait que les signes associés aux TDAH peuvent en réalité être la manifestation d’autres troubles. Aussi, « seule une évaluation rigoureuse (…) permet d’éviter les sur-diagnostics mais également de ne pas passer à côté d’un TDAH » insiste la HAS. Dans ce cadre, la HAS juge que le médecin de premier recours peut jouer un rôle clé. « Lors d’une ou plus consultations, le médecin va étayer les hypothèses et éventuellement établir un pré-diagnostic de TDAH en s’intéressant à la souffrance de l’enfant, son contexte social, son processus d’apprentissage et ses relations au sein de la famille. Après ces consultations (…) le médecin de premier recours pourra décider d’orienter l’enfant vers un médecin spécialiste du TDAH » détaille la HAS qui livre par ailleurs aux généralistes des outils pour mener à bien leur enquête diagnostique.

Des recommandations volontairement idéalistes

Qu’ils se réjouissent de cette prise de position de la HAS en faveur de la reconnaissance du TDAH et de la sensibilisation des praticiens ou qu’ils la regrettent, les spécialistes et acteurs concernés estiment unanimement « utopiques » ces recommandations. Ils font notamment valoir que les médecins, généralistes et pédiatres, ne disposent nullement du temps nécessaire pour le repérage de ce trouble complexe, ni de la formation suffisante. Pour ceux qui attendent une meilleure prise en charge des enfants concernés, ces recommandations ne suffiront donc pas à elles seules à induire une évolution positive. Pour les autres, elles risquent de favoriser une « épidémie de diagnostics » selon l’expression de Patrick Landman.

Les auteurs des recommandations ne rejettent pas totalement la critique. « Nos recommandations sont idéalistes. Mais c’est un idéalisme assumé » estime le docteur Jean Chambry, pédopsychiatre qui a coprésidé le groupe de travail de la HAS. « L’objectif premier était d’affirmer que le TDAH existe et n’est pas une invention  des laboratoires pharmaceutiques. Mais aussi sensibiliser les médecins généralistes, pour qu’ils prennent le temps d’évaluer ces troubles » ajoute-t-il cité par le Figaro. Enfin, en ce qui concerne le risque de surdiagnostic et en filigrane la crainte exprimée par beaucoup d’une surprescription de Ritaline, les auteurs se veulent également confiants, affirmant que de nombreux « garde fous » sont présents au sein de leurs travaux pour éviter ces risques et notamment la recommandation selon laquelle les thérapies non médicamenteuses doivent être privilégiées. En France, aujourd’hui, 20 000 enfants sont sous Ritaline. Combien nécessitent vraiment une telle prise en charge ? Et combien d’autres qui auraient besoin d’un traitement n’en reçoivent pas ?

Aurélie Haroche

Source : http://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/lhyperactivite_existe_la_has_la_rencontree__150383/document_actu_pro.phtml

Sommeil et TDA/H

Par le Dr Marie Lestelle (Paris)

Une bonne qualité de sommeil peut améliorer le comportement d’enfants souffrant de troubles de l’attention avec hyperactivité. C’est ce que révèle une étude parue dans le BMJ. Après trois mois de prise en charge et d’éducation au sommeil, les symptômes régressent davantage que chez des enfants ayant un suivi classique.

Meilleure qualité de sommeil, améliorations du comportement, de la qualité de vie et du fonctionnement personnel et familial ; l’éducation au sommeil a décidément du bon chez les enfants souffrant de troubles de l’attention avec hyperactivité.

C’est ce qu’indique une étude australienne menée auprès de 21 médecins généralistes suivant 244 enfants âgés de 5 à 12 ans souffrant de ces troubles, entre 2010 et 2012. La moitié d’entre eux a été randomisée dans un groupe intervention et l’autre dans un groupe contrôle.

Les enfants bénéficiaient tous d’une prise en charge classique mais ceux du groupe intervention ont en plus été éduqués aux règles d’hygiène du sommeil sous forme de deux consultations suivies d’entretiens téléphoniques par un psychologue ou un pédiatre (durée et horaires de sommeil, conditions d’endormissement, attitude en cas d’insomnie, etc).

Les auteurs ont ensuite évalué plusieurs critères à trois et six mois par des échelles d’évaluation et des questionnaires : la sévérité de leurs symptômes, les problèmes de sommeil, le comportement, la qualité de vie, la mémoire de travail et la santé mentale des parents (échelles d’évaluation de la dépression, anxiété et stress).

Dès trois mois, les auteurs ont constaté une réduction accrue des symptômes chez les enfants du groupe d’intervention par rapport au groupe contrôle. Les premiers avaient également moins de problèmes de sommeil.

Les familles ont par ailleurs témoigné d’un mieux-être de l’ensemble de la fratrie et de la famille, sans pour autant constater d’amélioration de la santé mentale des parents. Enfin, les instituteurs ont rapporté une amélioration du comportement des enfants et une meilleure mémoire immédiate à six mois. Pour les auteurs, l’effet du sommeil explique entre un tiers à la moitié de ces améliorations.

Référence :

Harriet Hiscock et al.

Impact of a behavioural sleep intervention on symptoms and sleep in children with attention deficit hyperactivity disorder, and parental mental health: randomised controlled trial

BMJ 2015;350:h68  http://www.bmj.com/content/350/bmj.h68