Learn to be cool : programme pour jeunes atteints de TDA/H à Liège

Learn to be cool: Un programme gratuit pour les jeunes, de 12 à 15 ans, atteints de TDA/H à Liège du 3 au 7 avril 2017

Pour informations et inscriptions : afpirard@gmail.com

Affiche LTB.jpg
Un programme réalisé par l’association www.tdah.be
avec le soutien de BNP Paribas Fortis Foundation

La voiture sans frein

mirakl_802023760001_principal
La voiture sans frein

Si je me permettais de faire une analogie avec l’automobile, l’enfant atteint de Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité est comme une voiture sans frein. 

Le conducteur (parent) inquiet mène sa voiture au garage généraliste pour mettre le liquide de freins a niveau. Le garagiste rend son diagnostic: il y a bien un problème de freinage. Peut-être qu’il n’y a plus de liquide de freins dans le réservoir. Mais il croit qu’il y a en plus un pneu légèrement dégonflé. Le conducteur va donc sur son conseil chez le spécialiste du pneu. Le spécialiste du pneu constate un pneu légèrement dégonfle. Il conseille donc d’aller chez un réparateur de pneus. Le conducteur va chez le réparateur de pneus. Le réparateur confirme un pneu un peu dégonflé, mais il est concessionnaire d’une autre marque. Donc il renvoi le conducteur chez le réparateur de pneus de la bonne concession. Ce dernier confirme le diagnostic. Mais il ne fait rien, car il est spécialiste du poids lourd. Il renvoie le conducteur chez le spécialiste véhicules légers. Notez qu’entre-temps, le conducteur roule toujours sans frein et risque un accident a chaque carrefour. Le garagiste véhicules légers hésite entre deux solutions: soit regonfler le pneu, soit modifier l’environnement, à savoir faire descendre la pression atmosphérique du globe. Le conducteur doit développer toute une stratégie pour convaincre le garagiste qu’il est plus facile de regonfler le pneu que de faire baisser la pression atmosphérique du globe. Le conducteur repart avec son pneu enfin légèrement regonflé. Les freins ne marchent évidemment toujours pas. De visite de garagiste en visite de garagiste, l’un des garagistes parvient a la conclusion: il faudrait remettre du liquide de frein car le niveau est a zéro. Mais le manuel d’instructions dit qu’il n’y a pas lieu de remettre du liquide avant que le véhicule n’ait roulé 6 ans. Il conseille donc: « Eh bien, efforcez-vous de ne rouler que sur des routes sans trafic, planes, rectilignes et très larges ». Il propose même une série de 150 séances de conduite bihebdomadaires a 1000F la séance afin d’apprendre à conduire une voiture sans frein. L’ennui c’est qu’après toutes ces démarches, la voiture sera immédiatement mise hors circulation au passage technique (école) la semaine prochaine, si toutefois il n’y a pas eu d’accident d’ici là. 

Texte écrit par J.B. parent, à l’attention de l’asbl http://www.tdah.be

Mon fils ado, atteint de TDA/H nous a écrit

Mon fils ado, atteint de TDA/H nous a écrit

Y’a une question que je me demande avant de me coucher le soir … 
Savent-ils au moins qui je suis ? 
Pourquoi me regardent-ils d’une drôle de manière ? 
Pourquoi ne me regardent-ils même pas du tout ? 
Pourquoi je semble étranger à leurs yeux ? 
Pourquoi me fait-on porter le blâme chaque fois que quelque chose va de travers ? 
Savent-ils vraiment qui je suis ? 
Pourtant, je les connais depuis longtemps … 
J’habite avec eux, sous le même toit, depuis des lunes déjà … 
Aussi loin que je puisse me souvenir, je suis leur frère, leur fils … 
Pourquoi me traitent-ils différemment des autres ? 
Pourquoi ? 
Ai-je fait quelque chose de mal ? 
Quelque chose qui les auraient dérangé ? 
Ces temps-ci, je n’existe pour eux que dans les moments où ils ont besoin de moi … 
Des trucs, des astuces, j’en ai à revendre … 
Des idées, j’en oublie tellement j’en ai … 
Mais j’ai toujours été mis à part, donc je me suis retiré tranquillement… 
Tranquillement mais sûrement … 
J’ai commencé à me taire sur mes idées personnelles, de peur de me faire écraser … 
De peur aussi de déplaire, sûrement … 
Si vous trouvez que je ne parle pas beaucoup, que je ne suis pas souvent là … 
Si c’est le cas, vous venez à peine de vous ouvrir les yeux … 
J’ai toujours été comme je suis maintenant, seulement, vous ne me voyiez pas … 
Maintenant que vous commencez à me voir, il est trop tard pour comprendre … 
J’ai vieilli, j’ai grandi en maturité, j’ai changé … 
Maintenant, j’ai trouvé une personne qui m’aime pour ce que je suis … 
Cette personne m’aime parce qu’elle s’est ouvert les yeux au bon moment pour me dire :  » Je t’aime comme tu es, comme tu l’as toujours été …  » 
Cette personne, je ne la force pas à m’aimer, elle m’aime de cœur … 
J’ai trouvé en elle tout ce que j’ai toujours voulu retrouver chez une personne … 
Elle me fait confiance, elle me comprends, elle me complimente … 
Même si ce n’est souvent pas beaucoup, j’apprécie qu’on me parle de ce que je fais de bien … 
Pas seulement de ce que je fais de mal … 
On ne me dit pas que ce que je fais c’est bien … 
On ne s’informe pas sur ce que j’aime, sur ce que je fais … 
On se ferme les yeux en se disant qu’elle sait ce qu’elle fait … 
Je suis à une période difficile de ma vie … 
Je me demande sans cesse si je fais les bons choix … 
Pour ça, vous ne m’aidez pas non plus … 
J’ai besoin de vous autant que j’avais besoin de vous avant … 
Cette lettre, je l’écrit pour mon frère et mon père … 
Le frère qui fait tout, mais qui reçoit en échange … 
Là est la différence avec moi … 
Ce que je fais, on en entend jamais parler … 
Lui, il lève le petit doigt et tout le monde le suit … 
Simple exemple, c’est un sportif … 
Je l’ai déjà été moi aussi, il y a longtemps … 
J’ai lâché par manque d’intérêt … 
On ne venait jamais me voir jouer, lui on s’en voulait de manquer un de ses matchs … 
Aujourd’hui, il est dans l’élite de sa discipline … 
Moi je me retrouve derrière un bureau et je travaille dans l’ombre … 
Je travaille pour que des jeunes comme lui puissent pratiquer le sport qu’ils veulent … 
En finale de mon texte, j’aimerais lancer un message à ces deux personnes … 
Je me nomme Vincent, j’habite à la même adresse que vous … 
Je suis votre frère … 
Je suis votre fils … 
J’ai besoin de vous … 
Besoin de votre soutien, de votre encouragement, de votre support moral … 
De vos paroles quand je suis dans le besoin … 
Besoin de votre amour … …parce que je vous aime. 

Vincent