Témoignage : les trucs et astuces de la maîtresse de mon fils pour l’aider à faire face à son TDA/H

10428674_403012369876635_265509132790799247_n

La maîtresse de mon fils 9 ans est vraiment superbe.

Hier soir elle a mis un petit mot dans le carnet de liaison (qui ne sert exclusivement que pour me raconter les journées d’Alexy en classe, comme ça je suis au courant de ses journées parce que sinon lui, ne me raconte rien), le titre de son petit mot :

Journée calme et très positive pour Alexy (déjà rien que le titre j’étais heureuse).

Elle m’a ensuite raconté que pour la 1ère fois depuis la rentrée Alexy avait été attentif à la lecture d’une histoire par une camarade de classe (sans intervenir et sans lui couper la parole), qu’il avait souhaité participé au débat de cette lecture, qu’il avait fait son travail sans faute, en s’appliquant et que « oh miracle » il avait demandé à passer au tableau.

Et pour conclure elle m’a écrit : Je teste une nouvelle méthode de travail réservée exclusivement à Alexy, il a l’air de bien accrocher à cette méthode et je pense que tout se passera bien cette année pour Alexy en classe. Ne vous faites pas de soucis, nous trouverons une solution pour que l’école soit un plaisir pour lui et non une contrainte.

Je peux pas expliquer tellement j’étais fière de mon fils, je l’ai félicité et il avait ce sourire qu’il a lorsqu’il est fier de lui. C’est dans ces moments là que je me dis « les miracles existent » et que je crois en l’avenir.

Dans mon précédent message j’expliquais un peu le nouveau fonctionnement ou méthode que la maîtresse d’Alexy emploie avec moi fils depuis la rentrée.

Je vous raconte donc la suite ou plutôt la fin de semaine.

La maîtresse m’a informée que pour qu’Alexy se sente responsabilisé et qu’il prenne confiance en lui, elle lui a « donné plusieurs petites missions » qu’il doit faire tout au long de sa semaine.

Missions :

1er : la maîtresse lui confie la clé de la classe (1 double) pour la journée. Alexy doit donc penser à ouvrir la porte de la classe le matin, c’est lui qui la referme, qui garde la clé dans son casier et qui referme la porte pour aller manger et le soir en partant, il doit remettre la clé au directeur de l’école.

2ème : il a la mission de distribuer les livres aux élèves de la classe, de les ranger lorsqu’ils ont fini.

3ème : il doit effacer le tableau à la fin de chaque activité.

Samedi la maîtresse m’a informé qu’Alexy avait rempli avec sérieux « ses missions » et que le fait qu’il se sente responsable de quelque chose d’important, lui procure un certain bien être.

Jusqu’à présent, il ne participait pas aux lectures collectives (il bougeait trop pour arriver à rester concentré), il ne participait pas aux discussions de la classe, enfin bref dès l’instant où il fallait travailler en groupe cela devenait ingérable. Donc, pour éviter que ce problème se renouvèle cette année, la maîtresse a suggéré à Alexy de faire l’effort de participer aux discussions et au travail collectif (lecture commune etc…) pour qu’il puisse ensuite avoir la responsabilité de choisir lui même un livre qu’il pourra lire à toute la classe, ou choisir un thème de discussion.
Et cela fonctionne, Alexy a tellement envie de pouvoir choisir « son livre » et « son thème » pour en discuter avec les élèves, qu’il fait beaucoup d’effort et cela fonctionne très bien. Comme la semaine dernière il a participé aux travaux collectifs, cette semaine, il a le droit de choisir son livre et son thème de discussions et il en est fier.

Gina

Publicités

Témoignage : Tancrède, mon petit fils TDA/H est vraiment un enfant formidable !

10428674_403012369876635_265509132790799247_n

Tancrède, mon petit fils TDA/H est vraiment un enfant formidable !

Il est créatif, inventif, intéressant, stimulant. Il est énergique et capable de se battre pour faire bouger les choses.
Il a des sensibilités artistiques particulières. Il amène des nouveautés. Il est très affectueux, même s’il ne le montre pas toujours.
Et surtout, il est terriblement attachant !

Klara, sa grand-mère

Témoignage : Lâcher prise

10428674_403012369876635_265509132790799247_n

Lâcher prise

En tant que maman de deux enfants atteints de TDA/H je sais que je dois apprendre à lâcher prise, les laisser grandir, apprendre de leurs erreurs.
Sauf que depuis qu’ils sont nés je n’ai fait que ça.
Résultat, des membres cassés, des accidents, des examens de passage, des mauvais bulletins, des cris, des hurlements, des coups, des espoirs, des déceptions, des drames, des larmes.
Permettre à mes enfants de grandir à leur rythme sans les infantiliser à été un dur combat.
Avec le recul, bien sur que j’aurais fait différemment.
Je lui aurais laissé avoir de mauvaises notes à son travail sur le dinosaures en deuxième primaire. Il aurait sans doute ainsi appris qu’il faut travailler pour arriver à obtenir un bon résultat. A la place il a eu un 9/10 et il a appris que pour obtenir de bons points il suffit de laisser bosser maman.
J’ai été une maman épuisée, au bout du rouleau, en burn out. Oh vous vous dites surement « c’est le cas de toutes les mamans ». Peut-être. Mais vous qui vous permettez de me juger, avez-vous été un soir tellement épuisée par l’éducation de votre enfant atteint de TDA/H, que vous avez décidé que l’élever était trop dur, que vous n’en pouviez plus, que mourir était moins difficile que de recommencer demain.
C’était ma vie.
Et le papa ?
Oh le papa il était bien gentil. Il faisait ce que je lui disais. Il s’occupait des enfants le matin et les conduisait à l’école.
Ce n’est pas lui qui allait voir les spécialistes, les thérapeutes, les logopèdes, les instits.
Ce n’est pas lui qui allait chercher les enfants à l’école et avait droit au procès quotidien de la part des instits.
Ce n’est pas lui qui s’occupait des enfants quand il n’était plus médicamentés et que les symptômes de leur trouble explosait au retour de l’école.
Ce n’est pas lui qui faisait avec les enfants les devoirs, aidait à étudier les leçons.
Lui il avait juste trouvé que la bonne solution était que maman ne travaille plus et que son seul job soit de s’occuper des enfants.
Alors je m’occupais des enfants, je me tracassais, je m’épuisais, je culpabilisais, je perdais confiance en moi.
J’avais tellement désiré mes enfants et je détestais être mère. J’étais une si mauvaise mère.
C’est ce que tout le monde me disait. Trop sévère, trop derrière leur dos, trop angoissée, trop, trop peu. De toute manière je ne faisais rien de bien.
Alors ce soir là, épuisée, ayant voulu partager mes inquiétudes avec mon mari qui m’a répondu que j’exagérais.
Je suis restée éveillée seule dans la maison, j’ai cherché une issue et je n’en ai trouvé qu’une.
J’ai donc avalé des tas de somnifères et me suis couchée enfin apaisée. La mort n’a pas voulu de moi. Je me suis réveillée. Le choc, j’avais voulu mourir, tellement épuisée, j’avais préféré choisir la mort.
J’ai décidé de me battre, j’ai été voir une psy. Le travail a duré plusieurs mois.
Je n’étais pas vraiment plus heureuse, toujours épuisée, toujours en recherche de solution.
Mon mari a su. Il ne m’en a jamais parlé, n’a jamais essayé de savoir pourquoi.
Qui était cet homme ? Un étranger !
J’ai arrêté de l’aimer, je l’ai quittée et je suis devenue maman en garde alternée.
Cela a changé ma vie.
Une semaine sur deux.
Obligation de lâcher prise l’autre semaine.
Une semaine pour les aimer, les guider, les soutenir et puis une semaine pour reprendre des forces.

Je suis devenue une maman aimante.

Témoignage : tendez-leur la main

10428674_403012369876635_265509132790799247_n

 

Je suis maman d’un garçon de 14 ans. Hélas mon fils souffre de ce que l’on appelle le TDA/H.

Être parent d’un enfant TDA/H est une chose très difficile à vivre en tant que parent. Tout d’abord cette maladie est difficile à diagnostiquer car au départ les signes sont bénins, un enfant un peu turbulent, qui a parfois du mal à se concentrer… puis avec le temps… mon fils à l’âge de 8 ans souffrait tellement de troubles de l’attention qu’il n’arrivait plus à se concentrer assez longtemps pour dire une phrase cohérente ; les devoirs étaient une horreur et à l’école tout allait mal car il avait un comportement insupportable; nous avions entendu parler de ce trouble et avions déjà consulté mais le diagnostic n’avait pas été formel. A 9 ans notre fils a souffert de dépression et avait perdu toute confiance en lui ; il a cru que nous ne l’aimions plus, que ses professeurs le détestaient, qu’il était méchant, bête et stupide.

Heureusement nous avons pu rencontrer un bon médecin qui a effectué le diagnostic et prescrit la prise en charge qui lui convenait. Cela a considérablement amélioré ses problèmes de TDA/H.

Nous avons du nous battre au quotidien avec l’aide des médecins, de psychologues, de thérapies familiales, de ses professeurs et de la famille pour lui redonner la confiance en lui qu’il avait totalement perdue.

5 années plus tard nous n’y sommes pas encore totalement arrivés. Antoine, malgré sa prise en charge et les efforts énormes et incessants qu’il fait n’est pas un enfant « sage », ni « parfait » mais il est merveilleusement entouré par une équipe pédagogique qui se bat chaque jour avec lui et avec nous pour lui apprendre qu’il est quelqu’un de bien.

Parfois son comportement est difficile à supporter mais il faut lui expliquer, lui expliquer et encore lui expliquer et petit à petit il apprend.

Hélas cette stabilité psychologique est fragile et un rien pourrait le casser à jamais.

Je ne sais comment réagirait mon fils si il était exclu d’un camp de vacances pour cause de comportement un peu dissipé malgré les énormes efforts qu’il fournit. Je crois que cela le détruirait à tout jamais car cela voudrait dire que ses efforts ne servent à rien ! Alors pourquoi faire des efforts si de toute manière ils ne sont pas reconnus par les adultes et pourtant j’ai appris que cela arrivait à d’autres enfants dans son cas.

Mon frère est aussi hyperactif, à l’époque la maladie n’était pas connue et il n’a pas eu la chance d’être aidé mais heureusement dans l’école où il a fait ses études il a été soutenu et encouragé chaque jour et à chaque instant, petit à petit il a réussi à dominer son hyperactivité et cette impulsivité qui le rendait si violent et si dérangeant. L’aide du corps enseignant, de sa famille et de son entourage l’a aidé à grandir et à se surpasser au prix d’efforts inhumains. Je remercie le ciel d’avoir permis à mon frère de rencontrer sur son chemin des directeurs, enseignants, surveillants qui ont avant tout pensé à son bonheur et à son avenir… ce sont eux qui ont fait de lui un homme heureux et équilibré.

Un renvoi de l’école, de la cantine, de camps de vacances ou autres l’auraient définitivement brisés…heureusement il n’a pas eu à subir cela. Et il est maintenant un homme heureux et épanoui.

Je voulais juste apporter mon témoignage car j’ai lu régulièrement que des enfants étaient renvoyés de la cantine, ou de l’école ou de camps de vacances.

SVP ne rejetez pas ces enfants, vous allez les briser.

Ils ont besoin de votre aide.

Tendez-leur la main.

Anna

Témoignage : Comment aider ce petit bout à croire en lui ?

10428674_403012369876635_265509132790799247_n


Comment aider ce petit bout à croire en lui ?

Je suis maman d’un petit garçon atteint de TDA/Hf qui a 12 ans. Il a été diagnostiqué à l’âge de 8 ans, prend de la rilatine et fait de la logopédie.

En 4ème année primaire il a changé d’école car on a déménagé. Il fait du basket et comme son papa et moi pensions qu’il allait mieux, nous avons décidé de stopper le médicament avec l’accord du médecin de famille. Bref, il avait de bons points certes pas 90% mais pour nous la matière était acquise.

Mais voilà cette année le CEB redouté de tous les parents et de tous les enfants arrive.

En janvier je demande à son titulaire si Louis sera prêt pour ses examens. Il me rassure. Mais voilà que quelques semaines plus tard, nous sommes convoqués chez le directeur avec le professeur qui nous annonce que le petit doit être remis de toute urgence sous rilatine, que ça ne va pas, bref la totale… J’ai eu peur et quand j ai vu ses résultats il a une moyenne de 6 ou 7 /10, donc bcp de questions.

Donc rebelote……pédopsychiatre….logopédie et rilatine longue durée… pensant que la direction et son professeur se calment … mais voilà le CEB approche et la tension est à son comble… Louis a plus de difficultés à apprendre et a besoin d’aide mais la semaine dernière son titulaire l’a traité d âne,d’ incompétent et je cite de mal éduqué.

J’ai craqué et j’ai pleuré car prendre un petit garçon en otage devant tous ses camarades à été vraiment dur pour lui. Résultat, maintenant il baisse les bras.

Je sais que c est un témoignage comme plein d autres mais je souhaite savoir… comment je peux aider ce petit bout à croire en lui ?

Jasmine

Témoignage de Pauline

parents2018Avant de savoir que Kenny était atteint de TDA/H, il m’arrivait souvent de perdre mon calme et de me mettre en colère.

Depuis que je connais la cause de ses difficultés, tout a changé. Kenny fait de son mieux avec les limites qui sont les siennes.

En cas de crise, je me souviens qu’il est atteint de TDA/H, combien c’est dur pour lui, combien il fait d’efforts, et cela me redonne la force de m’attaquer à son comportement dérangeant avec bienveillance.

Pauline