Témoignage : Non, ce n’est pas une mauvaise nouvelle.

Non, ce n’est pas une mauvaise nouvelle.

C’est « officiel », j’ai des Troubles Déficitaires de l’Attention. Autrement dit, je suis TDA/H.

Hier, en rentrant chez moi après l’annonce de ce diagnostic, les vannes se sont ouvertes. Et plus moyen de les refermer! Manque de bol, c’est arrivé quand j’étais encore dans le tram, bonjour le sketch! 😅

Pas vraiment des larmes de tristesse mais surtout des larmes de soulagement. 

Avertissements et licenciements à répétition ont été ma réalité professionnelle pendant des années. Dans ma tête, c’était: Je suis nulle, je suis bête, je suis paresseuse. Alors je m’obstinais, il fallait que j’arrive à faire ce que faisaient mes collègues, je me relevais, je réessayais… et je retombais, encore plus bas, en me faisant encore plus mal. 😥

Je vous laisse imaginer ce que cela donnait au niveau de la confiance en soi! 😅

Aujourd’hui, grâce à ce diagnostic, je comprends enfin que je n’étais ni nulle, ni bête, ni paresseuse, je n’étais juste pas sur MON chemin. La vie professionnelle n’est pas facile de base, mais quand vous vous obstinez à vouloir rentrer dans un moule qui n’est pas fait pour vous, c’est l’enfer. 

J’aurais aimé qu’on le diagnotisque il y a 25 ans. J’aurais fait d’autres choix, je ne me serais pas obstinée à essayer de faire en vain ce que les autres réussissaient. 

Mais on parlait peu du #TDAH à l’époque, pas sûre que mes managers ou les #RH étaient armés pour cela. On m’a bien proposé quelques formations en #gestiondutemps mais ce n’était que la partie émergée de l’iceberg.

Après un enième #licenciement, je n’ai plus eu la force de postuler. Heureusement, j’avais déjà découvert mon talent: la transmission. Ma zone de brillance! 😍

Je n’avais juste jamais envisagé de devenir indépendante. Comment pouvais-je m’en sortir seule alors que je ne m’en sortais déjà pas dans une structure? 🙄

Alors qu’en fait, c’était déjà une partie du problème: respecter MON rythme. Comme dirait Tonton David: Chacun sa route, chacun son chemin*! 🎵 😉

Passer indépendante a été un premier pas vers le aller mieux. Petit à petit, j’ai réussi à choisir les missions qui me convenaient. Aujourd’hui, je m’éclate dans ce que je fais et les retours sont incroyables. 💪

Bref, avec ce diagnostic, je fais enfin la paix avec mon passé et je regarde mon futur sereinement. 

Oui, ce diagnostic TDA, c’est une bonne nouvelle! 🙏

Alors si cela ne va pas dans votre vie professionnelle, posez-vous la question: êtes-vous sur VOTRE chemin? 😉

* Hum, oui, pardon si maintenant vous avez la chanson en tête! 😁

Publicité

Témoignage : Vivre en étant dyslexique dysorthographie, TDA/H, etc.




Vivre en étant dyslexique dysorthographie, TDA/H, etc.

En lisant mon mon message vous vous rendrez compte qu’il y a beaucoup de faute. La raison est simple, je suis dyslexique, dysorthographique, TDA/H (et d’autre encore). j’ai donc tendance a écrire (retranscrire) mes penser comme je les dirais a l’oral. beaucoup ce sont et ce moquerons encore de mon orthographe, mais ces personnes je suis bien plus désolé pour elles que blessé.
j’ai depuis tout petit du me battre pour ma scolarité, heureusement et merci a eux j’ai eu des gens pour m’aider et me donner de leurs temps. certain pourrais dire que une fois que tu as pris l’habitude de devoir te battre c’est plus facile de gardé la motivation, et ils n’ont pas totalement tord, mais ce que j’ai appris surtout ces que il ne faut pas faire des effort pour les autres mais pour soit.

n’attendez pas des autre qu’ils vous félicite de vos effort, certes c’est plaisant mais souvent les gens vont vous jugez a tord sans chercher a vous comprendre.
reprennont par exemple mon orthographe catastrophique, beaucoup de gens vont dire que je ne fait aucun effort, mais c’est faux ils ne voient juste pas les effort que je fait déjà. Ces gens la ne voient que les fautes que je fait sans ce rendre comptes que ce qui est important ces que il peuvent me lire et comprendre le sens de mes mots. Car oui il m’est arrivé et il m’arrive encore de ne pas arriver a écrire de manière lisible.
Dernièrement j’ai oublié l’orthographe de panier je l’ai donc écrie « pagnié ». Quand je l’ai fait je savais que c’était faux mais pourtant même si quelque personne on relever l’orthographe particulier tout le monde m’as compris. j’aurais peu par peur des remarque ne pas du tout écrire, juste paracerque je n’arrivais pas marquer panier.
Donc a ceux que ce permet de minimiser ou le ridiculiser les effort d’autr’hui, montré vous un peu plus empathique, vos mot peuvent blessé, bien plus que vous ne pensez. 
Soyez bienveyant (l’orthographe m’échappe encore, « soyez gentil ») et plutôt que de relevé le négatif encourage les personnes.
Une remarque peu être fait de manière positive même si c’est pour faire remarqué une erreurs. 

Grégoire, adulte heureux et épanoui malgré ses différences

Recherche participants

Bonjour, 

Dans le cadre de nos mémoires de fin d’études en neuropsychologie clinique (UMONS), nous sommes à la recherche d’enfants (filles et garçons) scolarisés dans l’enseignement primaire et ayant reçu un diagnostic de TDA/H OU ayant des symptômes de TDA/H (inattention, hypercativité,…) mais sans avoir un diagnostic de TDA/H avéré. 

Notre objectif est d’étudier l’impact des interactions qu’ont les parents avec leurs enfants sur le développement des Fonctions Exécutives. En effet, les données issues de la littérature scientifique ont largement démontré à quel point les parents ont un rôle essentiel dans le développement cognitif et socio-émotionnel de leur enfant.

En ce sens, notre but est d’améliorer les prises en charge destinées aux enfants TDA/H ! 

Pour ce faire, nous proposerons quelques petits exercices (sous la forme de jeux) aux enfants et des questionnaires à remplir par les parents et ce à différents moments de l’étude. Nous ferons cela de manière tout à fait bénévole évidemment. 

A noter que nous recherchons des enfants bénéficiant déjà d’une prise en charge neuropsychologique, MAIS il est important que celle-ci n’ait aucun rapport avec CPIM (Child Parent Interregulatory Method). Il peut donc bénéficier : d’aménagements raisonnables, de psychoéducation, de métacognition, de la méthode barkley,.. mais PAS de CPIM.

Votre enfant (parents ou thérapeutes) répond à ces critères ? Contactez-nous sur les adresses mail indiquées sur le visuel ! Vous nous serez d’une très très très grande aide dans la réalisation de nos mémoires !

Des questions ? Contactez-nous sur les adresses mail indiquées sur le visuel ! Nous nous ferons un plaisir d’y répondre !

Et, si parmi votre entourage, vous connaissez des personnes qui remplissent les critères pour participer à notre étude, n’hésitez pas à partager notre publication. Nous vous en serions très reconnaissants 🙂

Chiara MONTEFORTE, Rachel JANSEN & Nicolas DUJARDIN. » 

Témoignage : Et si j’étais atteinte de TDA/H ?

J’ai 17 ans.

Depuis toute petite j’ai toujours été ailleurs, très discrète, réservée, timide, en retrait, etc. 
En primaire, je m’amusais à sortir les crayons de couleur de ma trousse pour les ranger du plus petit au plus grand, en les mettant debout. Je faisais cela constamment, ça m’évitait de m’ennuyer. 

Dans mes bulletins, chaque prof que j’ai eu inscrivait «  trop lente, a du mal à gérer son temps » ou encore «  rêve en classe ».
Je ne comprenais pas pourquoi on me faisait tout le temps la remarque.

Aujourd’hui, j’ai toujours du mal à me concentrer, à comprendre ce que je lis, au point de relire la phrase une dizaine de fois…
En classe par exemple, quand la prof de maths donne son cours, c’est comme si je n’étais pas présente. 
C’est-à-dire que j’ai tendance à soit partir dans mes pensées (pensées excessives) et totalement oublier le moment présent, soit manipuler quelque chose (bic, crayon), bouger les pieds, les mains (sans me lever de ma chaise parce que je ne suis pas hyperactive. Enfin, sauf mentalement !)
J’ai aussi aussi tendance à observer la porte ouverte, à regarder le ciel, à me laisser distraire par les paroles des autres élèves, etc. 
Ce genre de situation survient surtout lorsque c’est un cours qui demande un effort mental soutenu. Les maths par exemple. Une catastrophe… Je m’ennuie complètement. Je n’arrive pas à centrer mon attention sur une chose précise… si ce n’est que quelques minutes. Quand je m’ennuie en maths, je dessine sur mes feuilles de cours. Des dessins de personnages ou même des écrits. Des phrases. Je vous avoue que je fais ça sans m’en rendre compte.

Et si j’étais atteinte de TDA/H ?



Source : https://www.tdah.be/tda-h/temoignages/temoignages-de-jeunes/

#tdah #asbltdahbelgique #tdahadolescence #tdahdiagnostic

Témoignage : Bonne Journée Maman !

Être parent d’un enfant neuroatypique, est pour la plupart d’entre-nous, je dis « la plupart » pour ne pas surgénéraliser, un combat incessant.
Contre nous même, tout d’abord, et les règles éducatives héritées, et celles que l’on s’était construites, imaginées, qui ne sont pas forcément adaptées à nos enfants.
Contre le regard des gens, face à un trouble qui, par son « invisibilité » engendre incompréhension et jugement.
Contre un système éducatif inadapté, mais dont beaucoup de membres refusent les adaptations. 
C’est à l’enfant de rentrer dans la case et non à la case d’épouser la forme de l’enfant. 

Alors parfois, on le tord, on le plie dans tous les sens, on associe les parents au « moulage », qui sous la pression rejettent parfois colère et frustration sur cet être que l’on chérit plus que tout.
Alors on essaie encore et encore à coup d’acronymes divers et variés qui perdent les parents PAP, PPRE, PPS, GEVASCO, PAI, AESH, d’ESS… on monte des dossiers, fournit des documents, écrit des courriers, rencontre des enseignants à qui l’on raconte encore et encore et encore les besoins d’aménagements de l’enfant, chaque année, pour essayer de faire entendre la voix de cet enfant qui mérite qu’on le laisse être qui il est, parce que s’il était dans un fauteuil roulant on ne lui demanderait pas de courir sous prétexte que « l’endurance est essentielle, il doit tout de même savoir courir dans la vie ! »…

Et puis, l’adolescence arrive sous toutes ses facettes et ses coloris , et votre « atypique » oscille entre l’envie d’être comme tous ses copains, que vous le laissiez un peu tranquille, que vous arrêtiez un peu le combat parce que lui, il a appris à faire avec, son trouble, les profs, les cours compliqués, les évaluations injustement notées et le besoin que vous soyez toujours là pour lui redonner la confiance en lui, en ses capacités au-delà du trouble, que vous le remuiez pour qu’il se détache des écrans, travaille, révise, car la motivation n’était déjà pas au rendez-vous, mais là elle est carrément en grève…
Alors on se confronte à cet ado qui négocie du soir au matin pour défendre ce besoin de liberté, qui un coup vous rejette, un coup s’accroche à vous, vous appelle à l’aide « parce que j’ai rien compris au commentaire de texte » ! 
Et vous ne savez plus sur quel pied danser…parce que vous apprenez à être parent chaque jour et que vous aussi vous faites des « essais-erreurs », que vous doutez et que vous fatiguez, vous aussi…

Et puis un matin, vous allez faire votre petit footing quotidien et vous réalisez que tout de même, cet ado amotivé, met tous les matins son réveil à 6h10, se prépare, prend son p’tit déj, enfile son manteau et ses gants, prend sa trottinette et part de nuit pour un trajet de 1h avec changement de tram, et pareil le soir, sans rechigner une seule fois, sans que vous interveniez pour quoique ce soit.
Alors vous prenez note mentalement « ce soir, faut que je pense à lui dire, que je suis particulièrement fière de lui » car il est important de souligner le positif ! 
Puis vous rentrez et trouvez un p’tit mot manuscrit posé sur votre étui de téléphone qui vous plonge dans énormément d’émotions mêlées que seules les larmes arrivent à exprimer.

Je dis souvent que la vie nous met sur le chemin les épreuves qu’elle nous sait capable d’affronter, et que l’on en sort différents, grandis. Aujourd’hui, je sais qu’elle m’a donnée le fils qui m’a permis de trouver ma place, auprès d’autres enfants comme lui, d’autres parents comme moi…alors juste… merci.

Cédrine

source : https://www.tdah.be/tda-h/temoignages/temoignages-de-parents/

#tdah #asbltdahbelgique