Démêler les fils du TDA/H

La Presse+, Edition du 12 décembre 2017, section Pause Santé, écran 2
Tout le monde a son avis sur ce qu’est le trouble du déficit de l’attention et sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire pour y remédier. Est-ce une simple différence ou un vrai problème ? Est-ce une bénédiction ou un handicap ? Y a-t-il trop de diagnostics ou de sous-traitements ? Nous avons posé 12 questions qui divisent la population à 5 spécialistes reconnus. Voici leurs réponses.

UN DOSSIER D’ISABELLE AUDET ET DE JEAN SIAG

LE DIAGNOSTIC
Y a-t-il plus de personnes avec un TDAH aujourd’hui ?

Les experts interrogés se montrent nuancés à ce sujet. Le fait que les professionnels de la santé arrivent désormais à mieux diagnostiquer ce trouble peut donner l’impression que davantage de personnes en sont atteintes. Cependant, elles ne sont pas plus nombreuses aujourd’hui qu’il y a 30 ou 40 ans, expliquent Ariane Hébert, psychologue, et la Dre Annick Vincent, psychiatre. De 5 à 7 % de la population serait touchée par un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité et ce pourcentage se maintient. « Il n’y en a pas plus, ils sont plus dysfonctionnels, précise la Dre Christiane Laberge. Aujourd’hui, on a des gens qui doivent performer de plus en plus, chez qui l’attention est primordiale. » Chez les enfants, il arrive toutefois que l’on suspecte trop vite la présence d’un TDAH, nuance Johanne Lévesque, neuropsychologue. « Il y a une forme d’intolérance, qui est peut-être bienveillante, pour les enfants qui ont de la difficulté », souligne-t-elle. D’où l’importance d’une évaluation rigoureuse qui viendra confirmer ou infirmer ces impressions. Pour sa part, le neuropsychologue Benoît Hammarrenger souligne qu’il serait pertinent de vérifier une hypothèse selon laquelle des polluants pourraient avoir des effets sur le développement du cerveau.

Est-ce vrai qu’il y a beaucoup de faux diagnostics ?

Depuis quelques années, les professionnels de la santé travaillent de plus en plus en équipe pour arriver au meilleur diagnostic possible, souligne Benoît Hammarrenger. Malgré tout, tous les spécialistes interrogés estiment que parfois, il peut y avoir des erreurs. « D’autres troubles peuvent imiter le TDAH », précise le neuropsychologue. La douance, l’anxiété, un trouble du langage ou la dyslexie, par exemple, présentent des symptômes qui ressemblent à ceux du TDAH. La Dre Laberge souligne le fait que la présence de facteurs de distraction beaucoup plus importants qu’avant – les appareils électroniques, notamment – et le niveau de performance intellectuelle exigé dans de nombreux domaines peuvent exacerber certains symptômes.

La Dre Annick Vincent pointe quant à elle un autre phénomène : le faux diagnostic à l’inverse. « Il y a des gens qui ont un TDAH et chez qui on ne l’a pas diagnostiqué. Il y a 20, 30, 40 ans, les drapeaux ne se sont pas levés parce qu’ils arrivaient à suivre à l’école, mais ils arrivent aujourd’hui épuisés, ils n’ont plus d’énergie pour arriver à la même vitesse que tout le monde. Ils arrivent avec un tableau anxieux, ou de dépression, et il n’est pas reconnu qu’en dessous, il y a un TDAH », explique-t-elle.

Est-ce que tout le monde n’a pas un peu un TDAH ?

« J’entends cette phrase tout plein de fois dans mon bureau ! », s’exclame spontanément Ariane Hébert. La psychologue souligne que si certains traits peuvent ressembler au TDAH, le vrai trouble se démarque par le nombre de symptômes, leur apparition en bas âge, leur chronicité et leur impact dans la vie de la personne atteinte. Benoît Hammarrenger renchérit : « Attention : dire que tout le monde est un peu TDAH vient banaliser ce trouble. Car il faut faire la différence entre une faiblesse et un trouble. Si on prend 100 personnes et qu’on leur fait courir le 100 m, certains vont être très bons, d’autres seront dans la moyenne et certains vont être moins rapides. Si on est moins rapide, on n’a pas un trouble de la course. On est juste moins bon là-dedans. Un trouble, c’est un handicap. C’est d’être incapable de faire quelque chose », nuance-t-il. La psychiatre Annick Vincent estime qu’il reste beaucoup d’éducation à faire au sujet du TDAH : « Vous pourriez mettre les symptômes du TDAH sur une échelle. Il y a toutes les nuances dans le nombre de symptômes sur cette échelle, mais à un moment donné, il y a un seuil. Et au-delà de ce seuil, il y a le diagnostic. »

Comment bien évaluer s’il y a présence ou non d’un TDAH ?

« Il n’y a pas de test fiable à 100 % pour diagnostiquer un TDAH », précise d’emblée Benoît Hammarrenger, neuropsychologue. Les médecins peuvent diagnostiquer seuls un TDAH, mais certains optent maintenant pour une évaluation exhaustive en collaboration avec d’autres professionnels, comme des psychologues et des neuropsychologues. L’objectif : dresser le portrait le plus large possible de la vie du patient, afin de distinguer le TDAH d’une autre affection. Cette évaluation permet au professionnel de déterminer si suffisamment de symptômes d’inattention et d’hyperactivité sont présents chez le patient pour déterminer qu’il s’agit bel et bien d’un TDAH. Certains tests supplémentaires permettent aussi de détailler les atteintes dans le fonctionnement du cerveau. Les personnes qui présentent des symptômes de TDAH n’ont cependant pas accès à tout cet éventail de services, soulignent les experts consultés. La Dre Annick Vincent ajoute que les mesures d’aide pour les enfants en difficulté ne devraient pas tourner uniquement autour du processus de diagnostic. Elle souligne qu’idéalement, une évaluation psychosociale devrait être faite d’abord pour accompagner les jeunes et leurs parents. « C’est quand tout ça ne fonctionne pas qu’on devrait se poser la question : est-ce qu’il y a un problème de santé derrière ? »

AU QUOTIDIEN
Est-ce vrai que les personnes avec un TDAH sont plus créatives que les autres ?

C’est ce que laissent entendre Kim Rusk et Dominic Gagnon dans leur livre J’M les TDAH, dans lequel ils attribuent leur succès à leur TDAH (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité). La majorité des spécialistes consultés ne voient pas de lien entre TDAH et créativité. « Le TDAH et la créativité, ça peut venir ensemble, mais on ne gagne pas en créativité parce qu’on a un TDAH », nous dit Benoît Hammarrenger. « Est-ce que les personnes sans TDAH sont moins créatives ? demande Ariane Hébert. Je ne pense pas. Oui, elles ont une façon différente de voir la réalité, mais ce n’est pas vrai que dans tous les cas, ça amène une plus grande créativité. Il y en a qui vont au contraire être extrêmement rigides dans leur pensée. » Pourquoi retrouve-t-on beaucoup de porteurs de TDAH dans le monde de la création ? « Parce que c’est un monde où tu peux bouger beaucoup, dit la Dre Christiane Laberge. C’est possible de se lever dans un remue-méninges. Pas sûre que tu peux te lâcher autant dans un conseil d’administration. Il y a des périodes où ils travaillent comme des malades et d’autres où ils ne travaillent pas. Ce rythme-là leur convient. »

On parle de plus en plus du TDAH comme d’un atout ou d’un avantage. Est-ce le cas ?

La question divise nos intervenants. Johanne Lévesque donne l’exemple d’un homme qui peut suivre les conversations aux tables dans un resto. « Sur le parquet de la Bourse, ça peut être intéressant. » Les autres experts refusent de considérer le TDAH comme un atout. « On fait avec. On vit avec. On tire le meilleur de chaque situation, nous dit la Dre Christiane Laberge, mais ce n’est pas l’fun. » « On ne réussit pas grâce au TDAH, on réussit malgré lui », insiste Benoît Hammarrenger. Ariane Hébert abonde dans ce sens en évoquant le cas des dirigeants d’entreprise. « On dit qu’ils prennent des risques que d’autres n’auraient pas pris – à cause de leur impulsivité. Mais c’est aussi vrai qu’ils vont prendre des risques et se planter. Ou qu’ils ne seront pas capables de plancher suffisamment longtemps sur un projet pour le mener à terme. » « Ceux qui ont un TDAH sévère ne vous diront jamais : “Oh wow ! C’est super d’avoir un TDAH !”, s’étonne la Dre Annick Vincent. Ceux qui ont cette créativité-là, ceux qui ont une énergie débordante, vont voir ça comme un avantage le jour où ils vont être capables de bien contrôler leur TDAH pour être capables d’attraper leurs idées. »

Les personnes avec un TDAH sont-elles toutes exubérantes ?

La réponse est non. « C’est le côté hyperactif qui fait que ces personnes sont exubérantes, précise Johanne Lévesque. Ils parlent fort et vite, ils bougent beaucoup. Il ne faut pas oublier que c’est un trouble de l’inhibition. Quelqu’un qui a un TDA [sans hyperactivité] va passer sous le radar, parce qu’il est en général plus tranquille, plus effacé. » Ariane Hébert est d’accord. « Les TDA ont une lenteur dans l’exécution. On les oublie en classe. Je fais une généralité, mais ces gens-là ne feront pas de vagues. D’autres auront l’agitation motrice, mais ils n’auront pas nécessairement la parlote. Ce sont des particularités propres à chacun. » La Dre Christiane Laberge croit que cette exubérance se paie parfois chèrement. « Un comédien me disait qu’avant d’être traité, il passait sept heures dans son bain pour apprendre ses textes, parce que c’était le seul endroit où il n’y avait pas de distractions. » Il reste qu’à la base, le TDAH entraîne une difficulté à « s’automoduler », rappelle la Dre Annick Vincent. « À moduler ses idées, son niveau énergétique et son comportement. Celui qui a la bougeotte va avoir l’air beaucoup plus exubérant. Celui qui est inattentif va avoir l’air au contraire d’un timide, alors qu’il ne l’est pas. »

Faire de l’activité physique suffit-il à endiguer les symptômes du TDAH ?

Nos experts s’entendent. Oui, ça peut améliorer la concentration, mais ça ne guérira rien. Ils préfèrent parler d’une hygiène de vie globale. Bien dormir, bien se nourrir, faire de l’activité physique, tout ça aura un effet bénéfique chez les personnes avec un TDAH. Dans des cas légers, Johanne Lévesque croit que ça peut aider. Mais ce n’est pas toujours suffisant, estime Ariane Hébert. « On ne peut pas se contenter d’une demi-heure de jogging le matin pour que la journée à l’école ou au travail se passe bien tout le temps. Pour ceux qui en ont réellement besoin, ça ne peut pas remplacer la médication. » De son côté, Benoît Hammarrenger ne croit pas que le TDAH soit apparu « parce que nos jeunes bougent moins ou qu’ils sont davantage devant des jeux vidéo ». La Dre Christiane Laberge rappelle quant à elle que les adultes avec un TDAH ont aussi tendance à prendre du poids. « Vous savez pourquoi ? Parce qu’ils sont habitués à faire deux choses à la fois. Donc, quand ils mangent, ils pensent à autre chose. Ils ne sont pas là. Ils vont oublier qu’ils n’ont plus faim et ils vont continuer de manger. Dans ce contexte, oui, l’exercice physique peut aider. »

LE TRAITEMENT
Donne-t-on trop vite des médicaments aux personnes qui ont un TDAH ?

« Ce qui commande l’introduction de la médication, c’est la qualité de vie de la personne qui a un TDAH, nous dit Ariane Hébert. Quand la qualité de vie est handicapée par les symptômes, c’est une avenue à considérer. » Johanne Lévesque n’est pas contre l’introduction de la médication, mais elle prône la mise en place de mesures d’accommodement d’abord. « Parce que les effets secondaires ne sont pas négligeables. Il ne faut pas croire que c’est une formule magique, ajoute-t-elle. Et si c’est seulement ça qui est fait, c’est encore moins vrai. » La Dre Annick Vincent a d’ailleurs consacré un chapitre imposant sur les stratégies « non pharmacologiques » dans la réédition de Mon cerveau a encore besoin de lunettes. « Il y a toutes sortes de choses qu’on peut faire en amont d’un diagnostic. Il est tout à fait adéquat de se poser la question si une personne qui prend une médication la prend pour les bonnes raisons. Il est important de continuer à se questionner. Est-ce que nos jeunes et nos moins jeunes qui ont des difficultés ont accès au bon diagnostic au bon âge ? Et est-ce qu’une fois qu’ils ont le diagnostic, ils ont accès au bon traitement ? »

Comment évaluer l’efficacité d’un médicament ?

C’est LA question que se posent les parents de jeunes qui ont un TDAH et qui cherchent la bonne médication et le bon dosage. « Il faut que les effets bénéfiques du médicament soient plus importants que les effets secondaires associés, résume bien Johanne Lévesque. Personnellement, j’ai de la difficulté à accepter qu’un enfant ne dîne pas au profit d’une performance académique. » Malheureusement, on ne peut pas prédire quel médicament conviendra à notre enfant. « Est-ce qu’on a bien identifié les cibles de traitement avant ? demande Annick Vincent. Vouloir que les notes de notre enfant montent, ce n’est pas une bonne raison. Vouloir que l’attention soutenue s’améliore, c’est une bonne cible de traitement. Mais parfois, selon les périodes de vie, nos stratégies d’adaptation vont être efficaces et vont suffire. D’autres fois, par contre, la médication devra être ajustée. » La Dre Christiane Laberge demeure pragmatique. « Nous, on se fie au “questionnaire Pierre Poulin” pour les suivis, confie-t-elle. C’est un questionnaire validé avec une série de questions aléatoires sur l’impulsivité, l’inattention, les effets secondaires de la médication, la fatigue, etc. Un questionnaire qui devrait être rempli par la personne avec un TDAH, un parent et un enseignant. En fonction du résultat, on mesure l’efficacité d’un médicament. »

Quelles sont les stratégies les plus efficaces (hors médication) ?

On revient ici à la notion d’hygiène de vie globale. Alimentation, activité physique, sommeil. « La préservation du sommeil est une priorité, nous dit la Dre Christiane Laberge. Au secondaire, les jeunes devraient dormir entre 9 heures et 10 heures par nuit. Les journées d’école devraient commencer une heure plus tard le matin. La limitation du temps passé devant les écrans est aussi importante. Il faut limiter le bruit, permettre aux jeunes de se dégourdir, de courir, de jouer. Il faut diminuer leur anxiété. » Benoît Hammarrenger met l’accent sur le côté pratique. « Il ne faut pas travailler contre le besoin de bouger, il faut travailler avec [balle de stress, élastique entre les pattes de la chaise, travail debout, etc.]. » La Dre Vincent, elle, croit que la clé est dans la connaissance de soi. « Tu n’es pas responsable d’avoir un TDAH, mais tu es responsable de ce que tu en fais. Peut-être que ton chemin va être différent, mais tu dois apprendre à apprivoiser ton TDAH. » Johanne Lévesque a un autre point de vue : « Pour moi, c’est le neurofeedback, dit-elle. C’est une méthode critiquée parce qu’il n’y a pas des centaines d’études là-dessus, convient-elle, mais ça permet à quelqu’un de corriger les anomalies neuroélectriques de son cerveau associées aux symptômes du TDAH. »

Y a-t-il une « explosion » du nombre de prescriptions de médicaments ?

« La médication effraie beaucoup les gens. Si on traitait le TDAH avec de la vitamine C, je ne pense pas qu’on ferait la une des journaux », souligne la Dre Annick Vincent. Au cours des dernières années, on a en effet vu une augmentation des prescriptions. Or, cette hausse s’explique notamment par le fait que les médicaments sont aujourd’hui plus efficaces et mieux tolérés. « Ceux qui prenaient une médication avant la prenaient de façon très ponctuelle. Ils choisissent maintenant de la prendre de façon plus régulière », précise la Dre Vincent. De plus, une même personne peut désormais se voir offrir un traitement à action prolongée pendant le jour et un médicament à courte action en soirée. Ainsi, une même personne peut avoir deux prescriptions. Compter le nombre de prescriptions pour estimer le nombre de personnes traitées, c’est faire fausse route, donc. Surtout que certains médicaments pour traiter le TDAH sont aussi utilisés pour soigner d’autres problèmes de santé. Tous les experts interrogés insistent toutefois sur l’importance des adaptations et des stratégies non pharmacologiques pour traiter le TDAH. « Il faut se rappeler que le traitement pour le TDAH est multimodal, affirme pour sa part la Dre Christiane Laberge. Il faut commencer par la psychoéducation. »

QUI SONT NOS EXPERTS ?
LA DRE ANNICK VINCENT
La Dre Annick Vincent est médecin psychiatre. Elle est l’auteure de Mon cerveau a besoin de lunettes et de Mon cerveau a encore besoin de lunettes, des livres pour accompagner les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH. Elle a cofondé la clinique Focus, spécialisée dans le TDAH et elle a créé le site http://www.attentiondeficit-info.com.

EN RÉSUMÉ, LE TDAH, C’EST…
« Le TDAH est un trouble neurodéveloppemental qui entraîne des symptômes dans la lignée de la gestion de l’attention, des mouvements et des comportements. Pour avoir un diagnostic de TDAH, il faut que l’on retrouve un certain nombre de symptômes d’inattention et un certain nombre de symptômes d’hyperactivité et d’impulsivité. Ce tableau-là doit être au long cours, donc depuis l’enfance, et il ne doit pas être expliqué par une autre problématique. Enfin, ces symptômes doivent entraîner un impact fonctionnel important. Certaines personnes font une nuance entre le TDA [avec inattention prédominante] et le TDAH [avec hyperactivité], mais on appelle ce trouble le TDAH. »

ARIANE HÉBERT
Ariane Hébert est psychologue et auteure du guide TDA/H – La boîte à outils et du livre Le TDA/H raconté aux enfants. Elle a fondé La boîte à psy, une clinique privée pour les adultes et les enfants. Si elle s’intéresse de près au TDAH, elle oriente sa pratique vers l’évaluation de la santé mentale et le soutien parental.

En résumé, le TDAH, c’est…

« Les critères diagnostiques du TDAH sont très bien définis », affirme d’emblée Ariane Hébert. N’empêche, la psychologue souligne qu’il est par la suite hasardeux de dégager de grandes généralités dans les manifestations de ce trouble : « C’est très hasardeux de dire : “Tu as un TDAH, donc tu as cette couleur-là.” En plaçant le TDAH dans une case, en disant que ces personnes bougent beaucoup ou qu’elles ont la parlotte, on a l’impression qu’on sait à quoi on a affaire, mais ce n’est pas vrai. Il y a beaucoup de distinctions à faire. »

BENOÎT HAMMARRENGER
Benoît Hammarrenger est neuropsychologue et auteur du récent livre 10 questions sur le TDAH chez l’enfant et l’adolescent, ainsi que du livre L’opposition – Ces enfants qui vous en font voir de toutes les couleurs. Il est aussi le fondateur des Cliniques d’évaluation et de réadaptation cognitive (CERC).

En résumé, le TDAH, c’est…

« C’est un trouble affectant la capacité d’inhibition de l’enfant ou de l’adulte ainsi que la capacité à contrôler ses pulsions pour avoir un comportement plus adapté à l’environnement. Également, ce trouble affecte la capacité à filtrer ce qui n’est pas pertinent autour de soi pour rester concentré sur seulement ce qui est pertinent. Ce trouble devrait être présent avant 12 ans. Le TDAH a des répercussions sur la réussite à l’école ou au travail, sur les relations sociales et les relations familiales. C’est un problème, un TDAH. »

JOHANNE LÉVESQUE
Johanne Lévesque est neuropsychologue. Elle défend notamment la technique du neurofeedback. Elle vient de publier le livre TDAH – Pourquoi être ordinaire quand on peut être spécial ?, coécrit avec Sylvain Guimond.

En résumé, le TDAH, c’est…

« Pour moi, le TDAH, c’est quelqu’un qui a de la difficulté à porter attention ou à ne pas bouger ou ne pas parler à un moment où il souhaiterait porter attention ou faire preuve d’inhibition. »

LA DRE CHRISTIANE LABERGE
La Dre Christiane Laberge est médecin de famille et chroniqueuse santé. Elle a notamment travaillé au CLSC de Dorval-Lachine, où elle a mis sur pied un programme de gestion intégrée du TDAH dans six écoles.

En résumé, le TDAH, c’est…

« Le TDAH est un trouble neurobiologique. Les gens qui en souffrent consomment énormément d’énergie à freiner l’action avant de la faire. C’est pour ça qu’ils manifestent une forme d’impulsivité, d’inattention et parfois d’hyperactivité. »

Publicités
En raison de modifications de notre hébergeur notre site http://www.tdah.be est en panne pour une durée indéterminée.
Nous faisons notre possible pour résoudre ce problème le plus rapidement possible.
Merci de votre compréhension !

A partir de janvier 2019 à 1470 Bousval : Ateliers « Se sentir plus confiant face au TDA/H de son enfant »

Ateliers « Se sentir plus confiant face au TDA/H de son enfant »

Pourquoi de tels ateliers ?

Devenir parent constitue un vrai défi auquel nous ne sommes pas toujours préparés, d’autant plus si notre enfant présente des difficultés d’attention et de comportement hyperactif.

C’est la raison pour laquelle deux psychologues, Emmylou Depaepe et Florence Thiry, proposent des ateliers collectifs à destination des parents dont un enfant souffre de TDA/H. Nous sommes convaincues que le groupe est l’occasion de partager les ressentis avec d’autres personnes dans la même situation dans un cadre bienveillant et dénué de jugement.

Ces ateliers visent avant tout à augmenter votre confiance en vous en tant que parent. Divers exercices vous seront proposés pendant et entre les séances de groupe.

Comment cela se déroulera-t-il ?

Dans le courant du mois de janvier, un premier entretien individuel aura lieu avec une des deux psychologues. Cet entretien aura pour objectif d’expliquer le contenu des ateliers et d’évaluer l’adéquation de votre demande avec les ateliers proposés.

Ensuite, 4 ateliers auront lieu le lundi de 19h30 à 21h30 pendant les mois de février et mars, à un rythme de 2x/mois. Les dates seront les suivantes : 11/02/2019, 25/02/2019, 11/03/2019 et 25/03/2019.

Après les vacances de printemps, un dernier entretien individuel permettra de faire le point sur ce que le groupe vous aura apporté ainsi que sur les éventuelles pistes de suivi.

Informations pratiques

Le prix s’élève à 300€. Cela comprend les 2 entretiens individuels et les 4 ateliers. Les membres de TDA/H Belgique, en ordre de cotisation, bénéficient de 10%.

Le groupe peut accueillir de 4 à 8 participants (pas de couples).

Les entretiens individuels et les ateliers auront lieu au Centre Médico-psychologique « Le Grand Arbre » situé à Rue du Grand Arbre 1A, 1470 Bousval.

Les inscriptions se font par téléphone au 0471/37.06.86

Les médications pour traiter le TDA/H et leur utilisation pendant la grossesse.

10428674_403012369876635_265509132790799247_n

Les médications pour traiter le TDA/H et leur utilisation pendant la grossesse.

La reconnaissance récente du TDA/H comme un trouble qui persiste tout au long de la vie et qui touche 3 à 5 % de la population laisse des centaines de femmes en âge de procréer avec des questions par rapport à l’innocuité de prendre un traitement pour traiter ce trouble pendant leur grossesse.

Traitements utilisés pour traiter le TDA/H

Jusqu’à présent, les stimulants restent le traitement de choix pour le TDA/H. Cela inclus le méthylphénidate (Rilatine, Rilatine MR, Concerta), les amphétamines (Dexedrine et adderall) et la pémoline (Cylert). En plus, les antihypertenseurs (Catapres et tenex) et les antidépresseurs tricycliques (Desipramine et Imipramine) ont toujours été des traitements de première ligne pour le traitement du TDA/H. d’autres antidépresseurs seuls ou en combinaison avec des stimulants peuvent aussi être prescrits pour traiter le TDA/H ou des affections proches. Cela inclus les SSRI (inhibiteur sélectifs de recapture de sérotonine) comme le Prozac, Zoloft et Paxil et plus récemment le Wellbutrin.

Innocuité

Lorsqu’on évalue l’innocuité de n’importe quel médicament pendant la grossesse, plusieurs questions se présentent. Est-ce que le médicament a un effet négatif sur le fœtus en développement qui débouche sur des lésions physiques ou des problèmes neurologiques, cognitifs ou comportementaux ? Est-ce que le médicament prédispose les mères à un accouchement prématuré ou à la naissance d’enfants de petit poids ? Est-ce que la prise de médicament au cours de la grossesse provoque un état de manque chez le nouveau-né lorsqu’il n’est plus exposé au médicament ? Est-ce qu’il y a d’autres effets à long terme suite à l’exposition avant la naissance ?

La réponse à ces questions n’est pas toujours évidente. Les études sur humains peuvent poser des problèmes éthiques alors que les études sur animaux ne sont pas des solutions parfaites. Les dosent administrées aux animaux de laboratoire dépassent de beaucoup les doses habituellement utilisées chez l’adulte, ne permettant donc pas une généralisation à la femme enceinte.

Données disponibles

Jusqu’à présent, aucune étude contrôlée conçue pour étudier l’innocuité de l’utilisation de stimulants dans une population de femmes enceintes n’a été entreprise. Cependant, la question de savoir si les amphétamines causent des problèmes à leur progéniture a été évaluée dans des études sur animaux et dans plusieurs études portant sur des femmes accros aux amphétamines et à d’autres drogues.

Amphétamines

Dans des études sur animaux, des problèmes cardiaques ont été rapportés dans la descendance de souris ayant reçu une dose d’amphétamines 41 fois plus élevée que la dose habituelle chez l’homme. Cependant, aucun effet négatif n’a été rapporté dans la progéniture de lapins ayant reçu 7 fois la dose utilisée chez l’homme ou chez des rats ayant reçu 12.5 fois la dose maximale utilisée chez l’homme.

De nombreuses études portent sur le cas d’enfants dont les mères ont pris des amphétamines pendant le premier trimestre de leur grossesse ou tout au long de celle-ci. Les femmes en question prenaient des amphétamines comme coupe-faim ou étaient accros aux amphétamines. Ces études sont résumées dans le livre « drogue pendant la grossesse et l’allaitement- un guide de référence pour les risques fœtaux ou néonataux, 4 ème édition par Briggs, Freeman et Yaffe publié par Williams et Wilkins (Baltimore, 1994, p 44a-51a).

Une de ces études porte sur 52 mères ayant été exposées à la Dexédrine et 50 non-exposées. Aucune anomalie cardiaque n’a été trouvée dans les deux groupes. Cependant, lorsque ces enfants exposés à la Dexédrine ont été suivi trois ans plus tard, les chercheurs ont mis en évidence des problèmes cardiaques dans cette population.

A l’heure actuelle, en étudiant toutes ces données, la recommandation qui prévaut est que les amphétamines devraient être utilisées chez la femme enceinte quand le bénéfice potentiel pour la mère dépasse le risque pour le fœtus.

Méthylphénidate

Aucune étude satisfaisante n’a été menée sur modèles animaux concernant l’effet du méthylphénidate pendant la grossesse ou l’allaitement. On ne sait donc pas à l’heure actuelle si le méthylphénidate cause des problèmes au fœtus lorsqu’il est consommé par des femmes enceintes. Plusieurs études ont cependant été consacrées aux cas d’enfants ayant été exposé au méthylphénidate pendant la grossesse. Dans une étude réalisée par le «Collaborative perinatal project » qui impliquait 3082 paires mère-enfant, 11 mères avaient été pris du méthylphénidate sans conséquence néfaste sur leurs enfants. Un deuxième groupe a été identifié en 1993. Sur 13 nouveau-nés de ce groupe, un présentait un problème cardiaque. De plus, un cas d’utilisation abusive du méthylphénidate par voie intraveineuse pendant la grossesse a été rapporté. Dans ce cas, l’abus du médicament a été associé à une naissance prématurée, un retard de croissance et un état de manque à la naissance mais aucune malformation ou retard de croissance n’a été observé par la suite chez l’enfant.

Antidépresseurs

Tricycliques

L’utilisation d’antidépresseurs tricycliques n’est pas recommandée pendant la grossesse car des cas isolés d’anomalies congénitales ont été rapportés sans qu’on puisse établir un lien de cause à effet.

Inhibiteurs sélectifs de recapture de sérotonine (SSRI)

Les résultats d’une première étude prospective de l’effet des SSRI (Levox, Paxil, Zoloft) sxur le fœtus in utero ont été publiés récemment. Dans cette étude, 267 femmes de 9 centres médicaux qui avaient appris qu’elles étaient enceintes alors qu’elles prenaient un SSRI ont été comparées à 267 femmes n’ayant pas été exposées à des substances susceptibles de poser problèmes pendant la grossesse. Aucune différence n’a pu être notée entre les femmes ayant pris un SSRI pendant le premier trimestre de leur grossesse et les autres. Il en a été conclu que ces médicaments employés aux doses recommandées ne provoquaient pas d’augmentation du risque de malformation majeur. Il n’y avait pas non plus d’augmentation du risque de fausse-couche, d’enfant mort-né ou de naissance prématurée. Ces résultats sont en accord avec des études précédentes et des essais sur animaux réalisés avec le Prozac . Cette étude ne s’est pas penchée sur le comportement des enfants plus tard. Des études précédentes ont montré un lien entre l’exposition fœtale au Prozac et des anomalies du comportement par la suite.

Antihypertenseurs

Clonidine

Des études réalisées sur le lapin à des doses trois fois plus importantes que la dose maximale recommandée chez l’homme n’a montré aucune preuve de problème sur la progéniture. Aucune étude réalisée dans de bonnes conditions n’a été menée chez la femme enceinte mais, comme les essais sur animaux ne sont pas toujours extrapolables aux humains, ce médicament n’est pas recommandé pendant la grossesse.

Médication pendant l’allaitement maternel

Les informations récentes montrent que les amphétamines sont concentrées dans le lait maternel et peuvent causer des problèmes d’addiction et d’état de manque. Il est donc déconseillé d’utiliser ces médicaments pendant l’allaitement. Le Wellbutrin est aussi secrété dans le lait et ne devrait pas être pris par des femmes qui allaitent à cause du risque de réaction sérieux chez l’enfant. Il en est de même du Prozac. On ne sait pas si le Zoloft est secrété dans le lait mais à cause de cette possibilité, il faut être prudent avec ce médicament si on allaite. Une étude récente a montré que les mères qui prenaient du Paxil ne présentaient pas de trace détectable du médicament dans leur sang alors que de faibles concentrations étaient retrouvées dans le lait. Ces enfants ne présentaient pas selon leurs parents et leur pédiatre d’effets indésirables. Comme la Clonidine (Catapres) est excrétée dans le lait humain, il faut être prudent lorsqu’on l’administre à des femmes allaitantes.

Comme pour chaque traitement, les « pours » et les « contres » doivent être discuté par le médecin prescripteur avec sa patiente avant de s’embarquer sur la voie d’un traitement. Dans le cas où la patiente est ou pourrait être enceinte, le risque pour le fœtus en développement doit être pris en considération.

Beaucoup de femmes souffrant de TDAH expliquent que pendant leur grossesse avec les hauts taux d’œstrogènes et l’augmentation du sentiment de bine être, elles se sentent bien et fonctionnent de manière optimale sans médication. Un traitement stimulant peut donc ne pas être nécessaire pendant cette période et l’utilisation continue d’antidépresseurs doit aussi être discuté. Pour les autres femmes qui pourraient toujours avoir besoin d’un traitement pour fonctionner, on recommande une franche discussion avec leur famille et leur thérapeute. Si elles choisissent de renoncer à leur traitement pendant leur grossesse, elles doivent prendre du temps pour s’assurer qu’elles fonctionnent bien afin de vivre une grossesse en bonne santé. Les femmes souffrant de TDAH doivent prendre des mesures complémentaires pour s’assurer de mener une vie « en douceur » pendant cette période. Elles doivent privilégier une réduction du stress lorsque c’est possible, prendre plus de temps pour elles, augmenter la structuration de leur vie. Faire appel à une baby-sitter pour les jeunes enfants, se faire aider pour le ménage et les lessives peut aider à garder une bonne organisation et que tout se passe sans heurts. Travailler avec un coach ou un thérapeute peut aussi être important à considérer.

Après l’arrivée du bébé, elles auront aussi besoin d’aide. Prévoir une aide supplémentaire ou renoncer à l’allaitement maternel afin de pouvoir reprendre leur médication sont deux options à discuter avec le thérapeute et le pédiatre du bébé. Souvenez-vous qu’une maman calme peut être plus importante pour le bébé et le reste de la famille qu’une maman qui allaite son nouvel enfant.

Nous espérons que cet article aidera les femmes dans leurs discussions avec leur médecin et qu’elles seront mieux informées afin de décider du bénéfice de continuer ou pas à traiter les symptômes de leur TDAH. Il ne doit cependant jamais remplacé un avis médical. La décision de prendre des médicaments pendant la grossesse peut avoir de sévères conséquences et ne doit se faire qu’après discussion avec le médecin qui peut donner un avis basé sur la connaissance des antécédents uniques de chaque femme et son état de santé actuel ainsi que des circonstances.

Traduction pour TDA/H Belgique de « Medication Use during Pregnancy: A Concern for Women with AD/HD » by David W. Goodman, MD and Patricia O. Quinn, MD inUnderstanding Women with AD/HD , Kathleen Nadeau, Ph.D. and Patricia Quinn, MD

(Eds.) copyright 2002, Advantage Books.

Témoignage

10428674_403012369876635_265509132790799247_n

En général je gère bien mon trouble. Sauf les cinq jours avant le premier jour de mes règles. Pendant cette période, les symptômes de mon TDA/H sont décuplés et mes proches et moi vivons un véritable enfer. Je démarre au quart de tour, je hurle, je pleure et je n’ai plus aucun filtre. Tellement d’horreurs sortent de ma bouche pendant cette période !

Mon TDA/H devient un horrible dragon que je suis incapable d’apprivoiser.

Béatrice, 47 ans

Troubles d’apprentissage : ateliers de groupes participatifs « orientés solutions » à 7301 Hornu

Troubles d’apprentissage : ateliers de groupes participatifs « orientés solutions »
au Centre Thérapeutique du Hainaut – Avenue Biesman, 21 à 7301 Hornu
à partir de décembre 2018
Pour plus d’informations et inscriptions : joelle.polidori@gmail.com

Les membres de l’association TDA/H Belgique en ordre de cotisation bénéficient d’une réduction de 10%.

IMG_0184.jpg

Péruwelz 30 novembre 2018 12h00 – 14h00 « Élève Dys, TDA/H, H … Que faire ? Psychologue

Péruwelz 30 novembre 2018 12h00 – 14h00

« Élève ‘‘dys-lexique/-calculique/…’’ – ‘‘ Trouble Déficitaire de l’Attention/Hyperactivité ’’ – ‘‘ Haut Potentiel ’’, … Que faire ? »

Animé par Mme Dinon Martine. Psychologue

45733540_2311608812242468_8830740227032088576_n