Le témoignage de la maman de Nina

profiltdah-4
C’est l’histoire d’une petite française blonde aux yeux bleus qui ne tient pas en place depuis sa naissance.

Cela a commencé par beaucoup de pleurs et de cris la nuit, puis elle s’est mise à se tortiller dans tous les sens et on avait toujours beaucoup de mal à la tenir dans les bras pour la cajoler. Pour manger, il fallait lui donner tout ce qu’elle apercevait, elle ne voulait jamais rester assise sur sa chaise haute et se mettait debout prête à sauter 50 fois par repas en rigolant.

Elle n’a jamais marché, elle a toujours couru en nous filant entre les jambes, prête à escalader n’importe quoi et toujours en rigolant, pour voir si on allait arriver à la suivre. Comme j’étais enceinte de ma deuxième fille, cela n’a pas toujours été évident.

Dans la rue elle ne voulait jamais donner la main, elle se roulait par terre et ameutait le voisinage et les clients dans les magasins parce qu’elle voulait tout tout de suite et qu’elle changeait d’idée comme de chemise.

Le soir, pas moyen d’aller se coucher, il fallait batailler jusqu’à 23 heures. Tous les prétextes sont bons : j’ai faim, j’ai soif, pipi, bisous… A table, elle ne reste pas assise plus de 10 secondes, elle change de place, elle monte et descend en permanence. Il faut lui répéter 100 fois la même chose. Les cris, les fessées, les menaces de punition ne servent à rien. Impossible de la laisser enfermée à la maison, impossible les sorties avec elle, c’est la course, les cris.

Les amis et la famille craquent. « Nous ne savons pas l’élever ». On en entend de toutes les couleurs. Nous sommes épuisés, anéantis… et incompris.

Aujourd’hui, Nina a trois ans et a démarré sa première année d’école maternelle petite section depuis septembre. La maîtresse a donné quelques petites réprimandes depuis la rentrée, mais rien de très méchant, je n’ose pas aborder le problème directement avec elle, j’ai tellement envie que ça marche.

A l’école, Nina connaît tous les prénoms des enfants, ceux de sa classe et les autres. Je ne sais pas comment elle fait. Dès qu’elle voit un copain ou une copine, elle se jette sur lui. Il semble qu’elle ait besoin de contact, mais cela n’est pas toujours apprécié.

Depuis plus de 18 mois, nous avons consulté : psychothérapeutes, pédopsychiatres, pédiatres, neuropédiatres, sans que cela n’ait rien donné. La notion d’hyperactivité est très floue en France. Et aucun de ces spécialistes ne nous a fait de diagnostic sérieux.

Nous en voyons un nouveau dans 15 jours. Chaque jour est un combat, on se demande si l’on va pouvoir continuer à supporter toutes ces difficultés, même si nous adorons Nina et si elle est souvent très affectueuse. Il nous semble que sa petite sœur Ashley, qui a 23 mois, commence à craquer.

Voilà pour une histoire qui commence, mais qui dure déjà depuis 3 ans. Chaque jour j’espère entrevoir le bout du tunnel, grâce aux copines du forum, grâce au nouveau spécialiste que nous allons bientôt rencontrer, aux livres que nous lisons.

Courage à toutes les familles dans la même situation, on y arrivera !profiltdah-4

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s